Presse Cannes | Avant la fin de l’été

LIBERATION - En vacances, no pasdaran ! Par Luc Chessel

« Avant la fin de l’été » suit trois amis iraniens qui sillonnent la France. Entre drague et questions existentielles, un premier film riche et nuancé.

LIRE LA SUITE SUR LIBERATION

HOLLYWOOD REPORTER : ’Before Summer Ends’ (’Avant la fin de l’ete’) : Film Review | Cannes 2017

"Filmmaker Maryam Goormaghtigh directed and shot this documentary-style road movie about three Iranian expats touring the south of France.

If Jim Jarmusch’s Stranger Than Paradise had been transplanted to the south of France and starred a trio of beer-guzzling Iranian immigrants, then the result would be something like Before Summer Ends (Avant la fin de l’ete), which marks the feature debut of writer-director-cinematographer Maryam Goormaghtigh."

LIRE LA SUITE SUR HOLLYWOOD REPORTER

LE BLOG DU CINEMA : [CRITIQUE] AVANT LA FIN DE L’ÉTÉ

« Trois amis iraniens sillonnent les routes de France espérant le temps d’un été convaincre l’un d’eux de ne pas rentrer en Iran. Un documentaire revigorant de Maryam Goormaghtigh présenté hier soir en ouverture de l’ACID, l’une des compétitions parallèles du Festival de Cannes. »

LIRE LA SUITE SUR LE BLOG DU CINEMA

CINEUROPA : Avant la fin de l’été : un road movie avec une touche indie

« La réalisatrice suisse, française et belge, Maryam Goormaghtigh fait ses premiers pas sur le tapis rouge du festival de Cannes grâce à son incroyable road movie Avant la fin de l’été [+]. Après avoir remporté une aide à la postproduction au festival Entrevues de Belfort en 2016, la voilà à présent sélectionnée, au côté de neuf autres films, par l’ACID. La jeune réalisatrice maîtrise cette histoire, remplie de spontanéité et de générosité, du début à la fin. Un doux parfum enivrant se dégage de cette comédie indépendante, légère et sophistiquée, sans pour autant tomber dans la superficialité. Ses personnages sont de véritables héros contemporains, tourmentés et instables, ils affrontent la vie tout en sachant qu’il pourrait ne pas y avoir de lendemain. Rien n’est permanent, tout est en (re)construction permanente : c’est ce qu’ils nous apprennent avec humour et une touche réconfortante de naïveté. »

LIRE LA SUITE SUR CINEUROPA

ABUS DE CINE : Festival Festival de Cannes 2017 : « Avant la fin de l’été », tendre regard sur trois exilés iraniens

« C’est l’une des petites surprises dont le Festival de Cannes à le secret. Un documentaire-fiction centré sur trois jeunes iraniens vivant en France, et partant sur les routes camper, alors que l’un d’entre eux doit rentrer en Iran à la fin de l’été. Avec une tendresse évidente, la réalisatrice suit ces trois jeunes hommes, exposant au hasard d’une discussion leur amour pour la France, leurs espoirs d’avenir, et leurs sensations quant à leur pays, entre manque évident et peur de perdre à nouveau leur liberté. »

LIRE LA SUITE SUR ABUS DE CINÉ

LES INROCK : “Avant la fin de l’été”, des iraniens en balade dans un parfait film buissonnier

Le premier long métrage de Maryam Goormaghtigh faisait l’ouverture de l’ACID. La cinéaste livre un très beau film de bande et de contrebande, entre documentaire et fiction.

LIRE LA SUITE SUR LES INROCKS

MEDIAPART : Cannes 2017 : « Avant la fin de l’été » de Maryam Goormaghtigh

Arash, après cinq années passées en France pour ses études, souhaite retourner dans son Iran natal. Ses amis Hossein et Ashkan tentent de le dissuader en lui proposant un long voyage en voiture vers le sud de la France.

LIRE LA SUITE SUR MEDIAPART

TELERAMA : Cannes 2017 : « Avant la fin de l’été » de Maryam Goormaghtigh, la belle échappée sur les routes du Roussillon

Pour son premier film, présenté à l’ACID, la réalisatrice Maryam Goormaghtigh signe un road-movie tendre et surprenant, où trois jeunes amis iraniens sillonnent le sud de la France en quête de flirts et d’émerveillement.

LIRE LA SUITE SUR TELERAMA

LE MONDE : Cannes 2017 : Avant la fin de l’été de Maryam Goormaghtigh fait l’ouverture de l’ACID

La 25ème édition de l’ACID s’ouvre sur Avant la fin de l’été, un émouvant docu-fiction filmé en toute humilité sur les routes de France et interrogeant sur l’amitié et le déracinement.

LIRE LA SUITE SUR LE MONDE

Revues de presse

« En proposant un modèle solidaire fondé sur l’idée de rencontre, l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion révèle aujourd’hui nombre de jeunes cinéastes. »

Thierry Méranger, les Cahiers du Cinéma

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr