Presse | Le Parc

EXTRAITS DE PRESSE

JPEG - 1009.8 ko



« Dans cette belle épure expérimentale à la croisée des genre (le teen movie minimaliste percuté par le fantastique), Manivel pose sa caméra dans un parc urbain, territoire cinématographique par excellence. (...) Celui de Damien Manivel est fait de longs plans-séquences cadrés méticuleusement, derrière lesquels on sent toute l’attention qu’il porte à ses personnages, et de trouées d’humour discrètes qui font mouche autant qu’elles révèlent l’acuité du regard du réalisateur sur la jeunesse des années 2010. (...) Oeuvre minimaliste mais étonnamment maitrisée, Le Parc veille bien à ne rien laisser au hasard. A part le jeu de l’amour. »

LA SEPTIEME OBSESSION - Claire Micallef


« L’art de Damien Manivel, venu du monde de la danse, est nourri de plans larges, immergeant les corps dans des espaces qui leur résistent, ou leur offrent une curieuse caisse de résonance contrapuntique. Ici, le corps s’oppose au visage, comme le burlesque du désir contrarié s’oppose à la vérité du sentiment blessé. En puisant ainsi autant aux sources du réel que de l’imaginaire, Le Parc condense avec trois fois rien toutes les puissances du cinéma. »

LE MONDE - Mathieu Macheret
Lire la suite de l’article sur lemonde.fr


« Avec son déroulé reposant, ses coupes glissées, appliquées, sa façon de faire subtilement corps avec l’air et la lumière (le plan central du film, en temps réel, fait tomber le soir en même temps que la rancoeur sur le visage de la jeune fille en train de textoter son jules : un des plans les plus singuliers et les plus gracieux vus depuis longtemps), Manivel est maintenant vraiment souverain dans son art (…) Une poursuite assez rare dans le cinéma français : quête d’un art évidé, ramené à l’observation la plus indicible, qui ferait de Manivel un auteur de l’ineffable, d’un dénuement plutôt asiatique. »

LES INROCKUPTIBLES - Théo Ribeton
Lire la suite de l’article sur lesinrocks.com


« Manivel déploie ici, avec la précision d’un laborantin, les potentiels d’une expérience à la fois pour ses personnages et pour sa méthode. (...) Chaque étape de la marche diurne du jeune couple est l’occasion d’un exercice de mise en scène où le cinéaste peut éprouver on style. La très belle idée de ce film coupé en deux est de ne pas faire de la coupe un simple pli dans le récit, mais au contraire un sublime moment de passage filmé dans un long plan-séquence. »

LES CAHIERS DU CINEMA - Laura Tuillier


« Les trois acteurs, Naomie Vogt-Roby, Maxime Bachellerie et Sobere Sessouma, se trouvent à chaque moment, l’un par rapport à l’autre, des mouvements et des émotions, ou plutôt des déplacements et des gestes, d’une maladroite exactitude, ou plutôt d’une exacte maladresse : imaginez une absolue justesse qui resterait en état d’indétermination. Ils performent avec précision, à notre attention captive, quelque chose comme une partition virtuellement infinie, et c’est précisément ce qu’on appellerait, au cinéma, un fort sentiment de « la vie ». »

LIBERATION - Luc Chessel
Lire la suite de l’article sur libe.fr


« La mise en scène épurée de Damien Manivel, à la fois très actuelle et intemporelle, ordinaire et étrange, colle impeccablement à cette fable sur les affres de la séparation. Une promenade drôle, réjouissante et surtout subtile dans sa façon inattendue de renouer avec l’essence purement fantasmagorique du cinéma. »

LE PARISIEN - Alexis Campion


« Damien Manivel explore l’amour et ses sortilèges dans un deuxième long métrage libre et gracieux qui fait respirer le cinéma français. (...) Cette histoire d’amour esquissée, Manivel la capture avec patience et délicatesse, comme on chasserait un papillon. »

TROIS COULEURS - Julien Dokhan


« Le Parc fait partie de ces films dont on sort avec l’impression, entre le début improbable et la fin incroyable, d’avoir fait tout un voyage. (...) Grâce à un sens remarquable de la composition, et une utilisation judicieuse des lumières naturelles, Damien Manivel crée en toile de fond de ce rendez-vous amoureux une inquiétante étrangeté. »

FILM DE CULTE - Grégory Coutaut
Lire la suite de l’article sur filmdeculte.com


« (...) Le jeu entre le rêve et la vie éveillée, la nature et le social, l’étrange et le quotidien, fait le charme de cette oeuvre, à la fois minimaliste et maitrisée. »

JEUNE CINEMA - Nicolas Gabriel


« Damien Manivel réussit parfaitement à nous faire éprouver le récit initiatique du premier amour, le désastre absolu de la première rupture, lorsque tout bascule dans le cauchemar. (...) La magie du film, parfaitement calibré, tient à sa simplicité absolue autant qu’à son respect infini pour ses jeunes acteurs. »

AFP - Marie-Pierre Ferey
Lire la suite de l’article sur France 3 Bretagne

Revues de presse

« En proposant un modèle solidaire fondé sur l’idée de rencontre, l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion révèle aujourd’hui nombre de jeunes cinéastes. »

Thierry Méranger, les Cahiers du Cinéma

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr