Presse | Willy 1er

Extraits de presse

« Selon un rythme qui ne tient qu’à lui, le film ne cesse d’inventer une distance au récit et à ses protagonistes, une tendresse face à la cruauté du réel, une opiniâtreté vitale assez admirable. »

Jean-Michel Frodon - SLATE

« Révélé par la sélection Acid lors du dernier Festival de Cannes, ce beau premier long métrage marche sur un fil fragile, chancelle par moments, mais se relève toujours et finit par se montrer à la hauteur de son ambition royale »

Jacky Goldberg - LES INROCKUPTIBLES

Sa quête n’est pas celle de l’extraordinaire mais de l’ordinaire absolu. Willy est pourtant un héros rock’n’roll. Sa route pour gagner sa liberté est mise en scène comme un déraillement, un majeur levé face à la fatalité. Le personnage est génialement campé par Daniel Vannet, qui joue ici des scènes, drôles ou émouvantes, inspirées de sa propre vie. Comme l’avait fait en début d’année le très beau Tempête ce magnifique et délirant Willy 1er fait revivre son histoire à un comédien non-professionnel, interrogeant ainsi l’idée passionnante de devenir, au sens cinématographique autant que philosophique, acteur de son existence.

Ilan Malka - TRANSFUGE

« Qu’il soit »acteur« ou pas, la présence de Daniel Vannet permet à Willy 1er d’éviter tout jugement moqueur ou bienveillant pour dépeindre un monde de bêtes blessées où l’on exploite les fragilités de l’autre sans remords. »

David Cassan - SO FILM

« Sur une trame ténue, Daniel Vannet bluffe en devenant tour à tour un émouvant Pierrot lunaire, une victime sur le fil du rasoir ou un inquiétant colérique, aux côtés d’autres acteurs non professionnels, mais aussi de Noémie Lvovsky, en curatrice magnifique de bienveillance. »
Corinne Renou-Nativel - LA CROIX

« Daniel Vannet, qui impose une sacrée présence, mêle brusquerie et sensibilité dans son jeu, et des pointes d’humour, offrant une réelle complexité à son personnage. Le film, juste quant à son regard sur un milieu très populaire en souffrance, dessine le parcours d’un homme à qui rien n’était donné d’avance, et qui entreprend la conquête de lui-même. »

Christophe Kantcheff - POLITIS

Revues de presse

« En proposant un modèle solidaire fondé sur l’idée de rencontre, l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion révèle aujourd’hui nombre de jeunes cinéastes. »

Thierry Méranger, les Cahiers du Cinéma

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr