Goodnight Nobody

The Other Side of Sleep, Goodnight Nobody et Take Shelter

Marion Haudebourg, Grand écart
Sleepless in Cannes
Goodnight Nobody, de Jacqueline Zund. Dans la ville qui voudrait ne dormir jamais, mais qui dort un peu pendant les films quand même, on a pu voir dans cette quinzaine trois films qui abordent de près ou de loin le sommeil et sa propension à pervertir notre rapport à la réalité, dans trois sélections différentes (Acid, Semaine de la critique, Quinzaine des réalisateurs). Trois sommeils perturbés : somnambulisme dans The Other Side of Sleep, (...)

Petite musique de nuit, Goodnight Nobody

Vincent Avenel, Critikat
Est-ce un documentaire, est-ce une fiction ? Pour son premier long métrage, Jacqueline Zünd s’aventure sur un terrain d’une grande ambiguïté : l’insomnie, le monde solitaire et nocturne de celles et ceux qui ne dorment pas. Un terrain bien exclusif, tant les heures où le sommeil s’impose, irrépressible, demeurent mystérieuses, inconcevables, au commun des mortels. Peut-on documenter ce que voient, ce que vivent ces gardiens de nuit ?
Laisser quelqu’un observer son sommeil (...)

« Goodnight Nobody », de Jacqueline Zünd

Christophe Kantcheff, Politis
Les tout derniers jours du festival sont généralement les plus éprouvants. En raison de la fatigue accumulée bien sûr – qui, par exemple, rend moins vigilant et ouvre grand la voie aux erreurs et bizarreries d’écriture : ainsi, dans la chronique d’hier, j’ai allègrement transformé le titre du film de Jafar Panahi, Ceci n’est pas un film en Ceci n’est pas une pipe. Mais, chers lecteurs, ne cherchez pas, l’erreur est maintenant corrigée.
Il n’y a pas que la fatigue, il y a (...)

Éditions précédentes

Retrouvez dans cette rubrique les films présentés dans le cadre de la programmation ACID à Cannes, depuis ses débuts en 1993.

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr