Sharqiya

Cannes 2012 : jeudi 17 et vendredi 18

Jeudi, projection du premier documentaire qui revient en détail sur le parcours cinématographique et humain de Woody Allen, avec sa totale collaboration, sobrement intitulé Woody Allen : a documentary. Rencontre ensuite avec son réalisateur Robert B.Weide et le film, vivement recommandé pour tous les amateurs du new-yorkais, sortira en juin dans les salles françaises. Et le soir, ouverture de la sélection ACID, qui attire toujours autant le public pour son 20ème déplacement à Cannes, avec le film (...)

Trois nouveaux films engagés qui nous viennent d’Israël

L’essor du cinéma israélien et sa reconnaissance internationale depuis une dizaine d’années ont en quelque sorte naturalisé la présence régulière de cette cinématographie au plus haut niveau des hiérarchies, et parfois même des palmarès festivaliers.
Ce n’est pas le cas cette année à Cannes, où aucun long-métrage de ce pays ne figure en Sélection officielle, et pas davantage à la Quinzaine des réalisateurs. Toutefois, trois films se sont de nouveau frayé un chemin jusqu’au sanctuaire de la Croisette ; l’un à (...)

« Sharqiya » de Ami Livne

Question singularité, il y en a une qui n’est jamais la dernière (si Nanni Moretti avait un peu de temps libre, il tirerait profit d’y faire un tour…) : la programmation de l’Acid (Association du cinéma indépendant pour sa diffusion), qui, sur l’échiquier des « sections » cannoises, se situe aux antipodes de la sélection officielle. Nous l’aimons bien, l’Acid, à Politis, non seulement pour ses choix esthétiques, mais aussi pour son action qui relève de la politique culturelle (cf., par exemple, ici). Au (...)

L’Homme qui Marche : Sharqiya

Quand on évoque la relation d’Israël à ses « minorités » (ethnies occupant ce sol avant la création de l’État), on a beau faire, l’image du sort des Palestiniens s’impose systématiquement à l’esprit, même quand – comme dans ce film-ci – ce sont d’autres populations qui sont présentées. Cependant, l’habileté de Sharqiya, de l’Israélien Ami Livne, consiste à traduire cet état de fait sans se complaire dans le caractère emblématique de son récit, en s’intéressant à la singularité et à l’ambiguïté d’une situation (...)

Éditions précédentes

Retrouvez dans cette rubrique les films présentés dans le cadre de la programmation ACID à Cannes, depuis ses débuts en 1993.

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr