La Jeune fille sans mains

Un film de Sébastien Laudenbach

Programmation ACID
Cannes 2016

France - 2016 - 1h16 min -

Sortie : 14 décembre 2016

Sélections et prix :

* Soutien CCAS (Caisse centrale d'activités sociales de l'énergie)
* Festival International du film d'animation d'Annecy - MENTION DU JURY
* Bucheon International Animation festival, Corée - GRAND PRIX
* Animafest - Bucarest - GRAND PRIX
* Brasilia International Film Festival, MEILLEUR FILM
* TAAF, Festival International d'animation de Tokyo, GRAND PRIX

* FID, Marseille, Film de Clôture.
* Festival de Lama
* Festival de Gindou
* Fifib Bordeaux
* Helsinki Film festival
* FilmFest Hamburg
* FIFF Namur
* Gijon Film festival, Espagne
* Festa do Cinema Frances, Lisbonne
* Cinémathèque de Tanger
* Thessaloniki Film Festival
* Sao Paulo International Film Festival
* 3e Rendez-vous de l'Animation, Bangkok
* Costa Rica International Film festival
* Seoul Best of the Best Animation Film Festival



Scénario : Sébastien Laudenbach d’après le conte éponyme des Frères Grimm
Image : Sébastien Laudenbach
Direction du compositing : Sébastien Laudenbach et Clorinde Baldassari
Compositing : Julie Lespingal et Héloïse Ferlay
Son : Julien Ngo-Trong
Montage : Santi Minasi et Sébastien Laudenbach
Musique : Olivier Mellano

Avec :
Avec les voix de : Anaïs Demoustier (La Jeune fille), Jérémie Elkaïm (Le Prince), Philippe Laudenbach (Le Diable), Olivier Broche (Le Père), Françoise Lebrun (La Mère), Sacha Bourdo (le Jardinier), Elina Löwensohn (La Déesse)

En des temps difficiles, un meunier vend sa fille au Diable. Protégée par sa pureté, elle lui échappe mais est privée de ses mains. Cheminant loin de sa famille, elle rencontre la déesse de l'eau, un doux jardinier et le prince en son château. Un long périple vers la lumière…


Texte de soutien de l'ACID :

Le dessin bruisse dans La Jeune fille sans mains de Sébastien Laudenbach. Un jeu graphique mouvant, incessant qui nous emporte dans l’épopée de cette jeune fille vendue au Diable par son père, un meunier avide... Une bande son charnelle, très présente accompagne des images colorées, palpitantes qui convoquent ellipses, changements d’axe, ruptures de perspectives pour construire d’un trait ou d’une couleur l’espace du conte. Le monde cruel des frères Grimm surgit par petites touches organiques. Ce monde impitoyable qui permet aux parents de devenir les bourreaux de leurs enfants, naît au détour d’un dessin.

Gros plans sur des regards, plans larges qui distillent la nostalgie de l’attente, du temps qui passe, suggestions, apparitions/disparitions dans un même mouvement, ruptures de rythme, autant de cinéma qui interpelle notre imaginaire, nous bouscule, nous surprend et nous accroche au destin de cette jeune fille amputée de ses mains car trop pure.

Sébastien Laudenbach n’illustre pas le conte de Grimm, il en redigère la cruauté initiale dans une explosion de couleurs et de sentiments forts, puissants, pour notre plus grand plaisir.


Marion Lary, cinéaste

Les Films


Distribution

SHELLAC
www.shellac-altern.org


Production

LES FILMS SAUVAGES
Jean-Christophe Soulageon
LES FILMS PELLEAS


Revue de presse
La Jeune fille sans mains


Mai 2016 (Cannes)

Décembre 2016 (Sortie)

Entretien avec Sébastien Laudenbach

FA - LA JEUNE FILLE SANS MAINS




© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr