Distribution / Exploitation

L’ÉCRAN DU PLUS FORT | Volets I & II

Écrire et accompagner le cinéma documentaire

La salle est le lieu historique de la diffusion du cinéma documentaire. La Scam et l’ACID en collaboration avec la SRF reviennent sur les pratiques et l’économie du secteur : son équilibre, ses fragilités, les évolutions souhaitables, la place des cinéastes dans l’accompagnement de leurs œuvres. Une enquête signée Béatrice de Mondenard. Le long métrage documentaire en salles a pris ces dernières années une ampleur inédite. En 2015, le nombre de films agréé et le nombre de films distribués n’ont jamais (...)

LE FILM FRANCAIS : Art et essai : L’Afcae s’indigne des propos de Nathanaël Karmitz

Dans une tribune, François Aymé, le président de l’Association Française des Cinémas d’Art et Essai, réplique au directeur général de MK2, après ses attaques contre le soutien aux salles art et essai.
"Suite aux entretiens de M. Nathanaël Karmitz dans Le Film Français (25.09.15) et Le Figaro (28.09.15) dans lesquels la société MK2 critique violemment les aides du Centre national du cinéma (CNC) apportées aux salles Art et Essai, l’Association Française des Cinémas d’Art et Essai souhaite exprimer son (...)

LIBERATION - Le coup de show du patron de MK2

Nathanaël Karmitz, patron du groupe, s’offre un coup de com en boycottant bruyamment le congrès des exploitants de salle.
Le congrès annuel des exploitants de salles de cinéma s’est ouvert lundi à Deauville. Aux commandes du groupe MK2, hérité de son père Marin, Nathanaël Karmitz n’en sera pas. Il boude. Ou plutôt, il a déjà dit au secteur tout ce qu’il avait de lourd sur le cœur, par l’entremise d’un entretien vérité paru dans le Figaro. Le ton et la méthode sont éprouvés, notamment depuis la fameuse (...)

Parole d’exploitante (Février-Mars 2013)

Édito - La parade des films
Le vrai cinéma Art et Essai se fait rare, dit-on... Pourtant, la création indépendante est de plus en plus opulente. Mais les salles sont de plus en plus frileuses face à cette prolifération « d’ovnis cinématographiques ». Les films obtiennent difficilement une visibilité sur les écrans. Le numérique, devait leur apporter une souplesse en programmation et une sorte de diversité devait se mettre en place. Il n’en est rien. Le contexte actuel est tout autre. Les films (...)

Encore un tour de magie d’Harry Potter ? Ou comment sortir du système redistributif français…

10 juin 2011
Encore un tour de magie d’Harry Potter ?
Ou comment sortir du système redistributif français…
Plus de 21 000 euros d’impôt, c’est la somme dont le distributeur d’Harry Potter 7 s’apprête à priver le cinéma français en organisant une avant-première dans un lieu non cinématographique, le Palais Omnisport de Bercy, au mépris de toutes les règles qui régissent aujourd’hui le cinéma en France.
Cette avant première devrait réunir 8 000 spectateurs à 25 euros (!) et représenter une recette de 200 (...)

Propositions ACID / SRF pour le rapport Cinéma & Droit de la concurrence (2007)

2007
« L’analyse économique des différents marchés de la filière cinématographique et audiovisuelle révèle certaines défaillances. Leur fonctionnement peine de surcroît à satisfaire à l’exigence culturelle, aujourd’hui internationalement validée. En effet, l’œuvre cinématographique est à la fois un produit marchand et une œuvre élément du patrimoine artistique : au-delà de la seule optimalité économique, surgissent alors des préoccupations de diversité, de qualité ou de renouvellement des talents et des (...)

Propositions de la SRF et de l’ACID concernant la distribution et l’exploitation des films (2005)

2005
Propositions de la SRF et de l’ACID concernant la distribution et l’exploitation des films.
En 2005, la fréquentation des salles est en baisse et on peut constater que la visibilité des films « art et essai » devient encore plus difficile qu’en 2004. La dérive est telle que des films reconnus unanimement par la presse et les festivals sont aujourd’hui presque invisibles. Des associations de spectateurs se plaignent de plus en plus de ne pas pouvoir voir les films dont ils connaissent (...)

Manifeste - Libérons les écrans (2004)

2004
LIBERONS LES ECRANS.
Aujourd’hui, en France, il y a 5280 écrans, quand en 1993 il y en avait 4272 : soit 1008 écrans de plus en 10 ans. Cela devrait être une bonne nouvelle pour le cinéma. Et bien non ! Ne soyons pas dupes : ces écrans n’ont pas pour vocation d’offrir plus de diversité !
L’espace et la durée d’exposition des films indépendants sont aujourd’hui de plus en plus réduits, et menacés. Pourtant, ces mêmes films, s’ils sont maintenus dans la durée avec un nombre suffisant d’écrans, (...)

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr