Les Elus - Biographies et Filmographies

Emmanuel Gras

Coprésident de l’ACID



Emmanuel Gras est né en 1976 à Cannes. Après une licence d’Histoire, il se tourne définitivement vers le cinéma en intégrant l’ENS Louis Lumière, section Image. Diplômé de l’école en 2000, il part au Liban en tant que coopérant cinéma au Centre Culturel Français de Beyrouth et commence à travailler comme chef opérateur sur des documentaires. Depuis, il continue dans cette voie en même temps qu’il réalise ses propres films, fictions et documentaires.



Filmographie :




Bovines (LM Documentaire) – 62mn

Soudain ses mains (CM) – 30mn

Tweety Lovely Superstar (Documentaire) - 18mn

Une Petite Note D’Humanité (CM) - 17mn

La Motivation ! (Documentaire) - 26mn

Frédéric Ramade

Coprésident de l’ACID




Né en 1968, Frédéric Ramade est auteur-réalisateur. Son moyen métrage Ode Pavillonnaire, réflexion douce amère sur la vie en pavillon, a reçu un très bon accueil de la critique lors de sa sortie en salle en 2008. Il travaille par ailleurs sur de nombreux programmes documentaires pour la chaîne Arte, et a enseigné dans la cadre des ateliers cinéma de l’Université Paris Diderot.



Filmographie sélective :

Ode Pavillonaire - fiction documentaire - 50mn

Le problème avec Tom - fiction - 21mn

La libération de Chinon - documentaire - 37mn




En préparation : Équipée (LM)

Jean-Baptiste Germain

Vice-président de l’ACID



Jean-Baptiste Germain est né en 1976 dans la Drôme. Après de longues études universitaires en cinéma, il débute sur des tournages en tant que régisseur puis devient assistant mise-en-scène, collaborant ainsi avec des cinéastes tels que Sandrine Veysset, Pierre Jolivet, Norman Jewison, Bruno Bontzolakis, Joël Brisse, Jacques Audiard, Valérie Mréjen… Il réalise en 2007 son premier documentaire Au pays d’Orphée, faut-il se retourner ?, une approche politique du cinéma en Bulgarie. Puis il continue sa mise en image des cinématographies de l’Est avec L’Homme de fer, mémoires d’idéaux, un documentaire remontant les années Solidarnosc par le prisme du film éponyme d’Andrzej Wajda. Le film est notamment sélectionné au Figra et à Pessac. Dahomey et Le Chant du coquelicot signent ses premiers pas dans la fiction. Ils sont sélectionnés dans de nombreux festivals : Cannes, Montréal, Buenos Aires, Nice, Dignes…
Jean-Baptiste vient de terminer un documentaire collectif Le Cinéma français se porte bien et écrit actuellement son premier long métrage de fiction Lukas et Violetta. Il est par ailleurs professeur associé en Arts du spectacle à l’université de Poitiers.



Filmographie



Au pays d’Orphée, faut-il se retourner ? (2007)

L’Homme de fer, mémoires d’idéaux (2008)

Dahomey (2009)

Le Chant du coquelicot (2011)

Le Cinéma français se porte bien (2012) (coréalisé avec Stéphane Arnoux, Aurélia Georges et Chiara Malta)

Reza Serkanian

Secrétaire de l’ACID




Reza Serkanian est né en 1966 en Iran. À partir de l’âge de 17 ans, il commence à réaliser ses premiers courts-métrages, et obtient bientôt de nombreux prix dans son pays. Il effectue des études de cinéma, et à partir de 1989, ses films obtiennent une reconnaissance au-delà des frontières de l’Iran (Festivals de Clermont-Ferrand, Vila do Conde, Bilbao, Copenhague, Sarrebruck, Amiens, etc). C’est en 1997 qu’il décide de quitter son pays où la voix d’un cinéma traditionnel semble pourtant tracée pour lui.



Après 2 années à l’Académie des Beaux-Art à Amsterdam, il s’installe en France où il réalise plusieurs films de fiction et documentaires. Parallèlement, il poursuit une carrière de chef-monteur et de chef-opérateur d’image. Il a fait notamment l’image de “On ne devrait pas exister” (Quinzaine des réalisateurs - Cannes 2006) et “Les Mouvements du bassin” (Festival du film de Locarno 2012).


Pour son premier long-métrage, il écrit « Noces éphémères » qui obtient le prix de meilleur scénariste en France. Il s’associe bientôt à la création d’Overlap Films, société de production déléguée de "Noces éphémères”.



Filmographie Sélective



2011 Noces éphémères

OVERLAP Films / Fiction / 83’ / France

2008 Ceux qui mangent le bois

OVERLAP Films / Documentaire / 50’ / France

2004 L’absence d’Adrien

OVERLAP Films / Documentaire / 26’ / France

2003 Retrouvailles

Majorelle Harmonie Films / 35mm / 25’ / France

Fabianny Deschamps

Trésorière de l’ACID



Née en 1975, Fabianny Deschamps étudie le théâtre sous ses aspects pratiques et théoriques durant 12 ans dans des compagnies de création, puis au Conservatoire, au Cours Florent et à l’université avant de se destiner à la mise en scène.



Elle débute au théâtre comme comédienne et assistante mise en scène puis au cinéma comme décoratrice et assistante réalisation avant de réaliser elle-même ses propres courts métrages, tout d’abord des travaux assimilés au vidéo art puis des fictions : Histoires de bonsaï en 2001 (35mm, 17 minutes ). Elle rencontre à l’occasion de ce film la productrice Nathalie Trafford qui produira ses trois courts métrages suivants, En mon sein (18 min, 35mm), Le grand bassin (30min, 35mm) et La lisière (18 min, 35mm) qui seront diffusés sur France 2 et plusieurs fois primés dans les festivals internationaux . Après avoir résidé longuement au Portugal et en Chine, elle est actuellement en développement de son premier long métrage New territories, avec Audimage Mirada.



Parallèlement à ses activités de scénariste et réalisatrice, Fabianny Deschamps a travaillé comme lectrice et consultante en scénario pour le CNC et Canal +. Elle prépare pour 2013 une série d’installations et de performances pour la Biennale d’Art Contemporain de Porto Santo, au Portugal, ainsi qu’un projet théâtral autour d’Elena Ceausescu avec sa Compagnie les garçons perdus.



www.fabiannydeschamps.com

Fleur Albert

Née en 1972 en pays Nantais, après des études de lettres modernes et de cinéma, elle travaille comme assistante auprès de nombreux cinéastes documentaristes dont Jean-Michel Carré. Entre 1999 et 2001, elle devient l’assistante de Jean-luc Godard sur Eloge de l’Amour tout en commençant à écrire et réaliser ses premiers films. Godard lui offre une petite caméra pour continuer à « faire des films pour les gens qu’elle aime… »

Le travail de Fleur Albert est marqué par les figures de la marginalité, de la disparition, questionnant le rapport entre l’intime et les mouvements de l’Histoire, les formes épiques de résistance anciennes et modernes.

En 2009, elle reçoit le Prix Louis Marcorelles au Festival International du Réel pour Ecchymoses, chronique de l’adolescence à travers le huis-clos d’une infirmerie scolaire.

Fin 2009, la réalisatrice entre en résidence au Cent Quatre pour écrire et préparer son premier long-métrage de fiction Stalingrad Lovers, western urbain, portrait de la communauté des usagers de crack, à Paris. Elle y tourne entre deux répétitions avec ses comédiens, un court-métrage avec Tricky, Boys Tricky (2008).

Fleur Albert vient de terminer un portrait sur le cinéaste Vincent Dieutre, Vincent Dieutre, la chambre, le monde (INA, CIN2 +-) et travaille actuellement à l’écriture de son prochain long-métrage.

Filmographie sélective

  • The Next Generation - Documentaire musical sur les bluesmen Luther et Bernard Allison (1995)
  • Clarisse est partie - Portrait intimiste d’une absente en mémoire entre France et Niger. De l’enracinement rural au féminisme, entre deux continents, entre deux lettres. (2002)
  • Le Silence des Rizières - Long-métrage documentaire retraçant l’épopée des combattants de l’ombre contre la guerre d’Indochine... Un pan oublié de l’histoire anti-coloniale à travers le destin d’une famille (2006)
  • Boys Tricky - Court-métrage (2008)
  • Ecchymoses - Chronique de l’adolescence à travers le huis-clos d’une infirmerie scolaire (2009) Récompensé par le Prix Louis Marcorelles au Festival International du Réel Grand Prix festival Traces de Vies
  • Stalingrad Lovers - Long-métrage qui sort en salles le 29 janvier 2014

Christophe Cognet

Suppléant du Conseil d’Administration



Études de cinéma à la Sorbonne Nouvelle du Deug au Doctorat, (recherches sous la direction de JL Leutrat).



Auteur et réalisateur de films documentaires, de court métrages de fiction et d’essais filmés.
Attentifs aux traces et au travail de la mémoire, sensible aux autres, ses films interrogent les formes de pouvoir et de surveillance, les mécanismes de la création et la puissance des images.



Également scénariste, consultant à l’écriture pour des scénarios et auteur d’articles et d’ouvrages sur le cinéma et l’art clandestin.



Filmographie sélective :



2013 : Parce que j’étais peintre, l’art rescapé des camps nazis , sortira dans les salles le 26 février 2014.



2012 Haroun, la première image , 55 min.

1° numéro de la série Repérages, le cinéma à l’épreuve du monde
2008 Les Anneaux du serpent , 45 min.

2006 Quand nos yeux sont fermés , 55 min.

2004 L’Atelier de Boris , 1 h 36 min.

2002 La Planète perdue , 51 min.

2001 Les Sentiers de Fred , 27 min.

2000 L’Affaire Dominici par O. Welles, 52 min.

1998 La Mer en colimaçon , 58 min.

1997 Gongonbili , de l’autre côté de la colline, 63 min (avec S. Jourdain)

1991 Ballade à quatre mains , 17 min.

Philippe Fernandez

Philippe Fernandez, né en 1958, a étudié l’art à l’École des Beaux-Arts et à l’Université de Bordeaux.

Il a réalisé des performances multimédias, des vidéos et des installations de 1980 à 1995, intégrant régulièrement toutes sortes d’éléments audiovisuels, et présentés dans le cadre de festivals multimédias et d’expositions collectives ou personnelles (généralement sous le pseudonyme de Yuca Ferdanzen).

Il se consacre depuis 1995 à la réalisation de films de cinéma, dont il a signé jusqu’à présent scénarios, réalisations, montages, musiques et bandes son.
Ces films ont été montrés dans de nombreux festivals internationaux, et le long métrage est sorti en salles en 2009.

Il prépare actuellement un deuxième long métrage.



> Courts et moyens métrages :


1998 : Conte philosophique (La caverne)

1999 : Réflexion

2004 : Connaissance du monde (Drame psychologique)


> Long métrage :


2008 : Léger tremblement du paysage






En préparation : Cosmodrama


Détails sur : www.philippe-fernandez.info

Aurélia Georges

Née en 1973, Aurélia Georges a été assistante de réalisation, élève de la Fémis, traductrice, enseignante, scénariste, lectrice de scénarios.



Filmographie :
L’Homme qui marche (2008), LM
Le Fleuve Seine (2012), CM

Jean-Louis Gonnet

Après une année dans une école de photographie professionnelle à Genève, il passe 5 ans à l’Institut d’Arts Visuels d’Orléans où il réalise son premier film « Filming Muybridge », à partir des photographies de la décomposition du mouvement faîtes par Eadweard Muybridge.
Réalisateur de documentaires avec l’INA, puis pour des magazines culturels avec ARTE (Métropolis, Dessous des cartes) il réalise parallèlement plusieurs courts-métrages de fiction mais aussi de documentaire.
Il collabore avec la Compagnie de théâtre Merlin en tant de vidéaste.

Principales réalisations :

  • Ados des Champs 2013 - Scotto Prod
  • Le voyage en Afrique du Sud - 2008 -TS Production
  • Comme un seul homme - 2001 -13 mn - 4A4 Prod
  • Stigmates (co-réla Claude Duty) - 1996 - Films du Saint
  • Travailler à domicile (série documentaire) -1986 - La Sept

Marion Lary

Marion Lary réalise des documentaires depuis une vingtaine d’années sur les quartiers de banlieue « Dans mon quartier je vis, je meurs », la violence conjugale « Un silence assourdissant », les demandeurs d’asile, « Ni ici, ni là-bas », l’enseignement de l’histoire, « À l’école de Louise Michel  », l’expression de soi « En parler ou pas »… Elle s’engage dans l’éducation à l’image et dans la défense du documentaire et de sa diffusion en étant au conseil d’administration d’ADDOC et de l’ACID.









Nathan Nicholovitch

Suppléant du Conseil d’Administration


Nathan Nicholovitch est un cinéaste français, né à Villeurbanne en 1976. Il crée en 1999 à Paris le collectif Les Films aux dos tournés au sein duquel il se forme aux métiers de producteur et de cinéaste. Le collectif rassemble de jeunes artistes, comédiens, techniciens autodidactes qui se donnent ensemble la possibilité de produire des films indépendants. Salon de Beauté, un premier court-métrage réalisé en 2000 est remarqué et primé dans de nombreux festivals. Il est suivi en 2003, d’un second court-métrage également auto produit, intitulé Chacun son camp.

Le travail de l’acteur vient progressivement au centre de ces recherches et de sa mise en scène. Il crée L’Atelier aux dos tournés en 2003, qui ras semble une douzaine de comédiens professionnels et amateurs. C’est l’occasion pour lui d’éprouver différentes méthodes de jeu et d’affiner sa direction d’acteur. En 2005, il décide d’écrire et de réaliser un premier long métrage, le collectif se lance dans l’aventure Casa Nostra.
Sélectionné au Festival de Cannes dans la programmation de l’ACID en 2012 puis au Festival d’Angers Premiers Plans en 2013.

En parallèle à Casa Nostra, Nathan Nicholovitch poursuit la direction de l’Atelier Aux Dos Tournés et monte deux spectacles : Aux Suivants (2010) et Personne n’échappe à son enfance (2011). Au cours de l’année 2012, il réalise No Boy - sélectionné au Festival de Clermont-Ferrand 2013 - et décide de faire de ce court-métrage la base d’un deuxième long-métrage

Filmographie

  • 2013 - CASA NOSTRA
    Long-métrage / 94 mn / Carré / Noir et blanc
  • 2012 - NO BOY
    Court-métrage / 24 mn / 1.85 / Couleurs
  • 2011 - TICKET POUR LE CHAOS
    Clip / 3 mn / Super 16 / 4/3 / Couleurs
  • 2005 - LE MORT JOYEUX
    Programme court / 3 mn / Vidéo / 4/3 / Couleurs
  • 2003 - CHACUN SON CAMP
    Court-métrage de fiction / 17 mn / 35 mm / 1.37 / Noir et blanc
  • 2001 - À L’OEIL
    Documentaire / 52 mn / Vidéo / 16/9ème / Couleurs
  • 2000 - SALON DE BEAUTÉ
    Court-métrage / 7 mn / Vidéo / 4/3 / Couleurs

Présentation

L’ACID, Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion, est une association de cinéastes qui depuis 22 ans soutient la diffusion en salles de films indépendants et œuvre à la rencontre entre ces films, leurs auteurs et le public.

La force du travail de l’ACID repose sur son idée fondatrice : le soutien par des cinéastes de films d’autres cinéastes, français ou étrangers.

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr