Critique d’Ab Irato

Publié le 6 février 2013

Ça commence comme un long métrage expérimental, avec une poignée de paumés qui errent dans les champs. Ensuite, le film vire au polar avec ravisseurs, otages et flics. L’ombre de Samuel Beckett plane sur ce scénario déstabilisant, mais intrigant, signé Dominique Boccarossa.

Revues de presse

« En proposant un modèle solidaire fondé sur l’idée de rencontre, l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion révèle aujourd’hui nombre de jeunes cinéastes. »

Thierry Méranger, les Cahiers du Cinéma

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr