Avant que j'oublie

Un film de Jacques Nolot

Avant que j'oublie

Un film de Jacques Nolot

France - 2007 - 108 min

Pierre, 58 ans, prisonnier de son passé a de plus en plus de mal avec la solitude, avec le temps, avec le monde extérieur, a recourt à des psychotropes, s'enferme chez lui, seul lieu où il est le moins mal, dans l'attente d'une inspiration, n'arrive plus à écrire, a rendez-vous pour déjeuner avec son ami, une relation vieille de 30 ans, un ami qui fut un papa, une maman, une banque, l'ami ne viendra pas, Pierre se confronte à la police, à la famille, à la maladie... seul face à lui-même... se ressaisira avec humour et distance... croise chez son avocat un ami de bar... parlent de leur jeunesse, avec l'aide de son psy retrouve l'inspiration. Accompagné d'un gigolo, ira au bout de ses fantasmes.

Avec :
Jacques Nolot , Jean-Pol Dubois , Marc Rioufol et Bastien d'Asnieres

Sorti le 17 octobre 2007

À propos de Avant que j'oublie

Francis Bacon, le peintre, expose sur ses toiles des corps contorsionnés. Ils sont presque toujours dans un espace clos et fragmenté. Les douleurs et les couleurs de la chair préfigurent celles de l'âme. Le corps questionne l'esprit puis l'esprit questionne le corps. Ils attendent tous deux une réponse, en vain. Jacques Nolot, le cinéaste, expose lui aussi cette confrontation désespérée de l'interrogation humaine et ce tumulte de l'intériorité. La sobriété des espaces, une parole concise et la taille précise de la mise en image, dévoilent sans aucun artifice ni jugement, une face complexe de notre nature ambivalente. Les confidences ressemblent à des confessions, l'acte sexuel à une quête ou à un moyen de détourner l'idée de la mort. Avec le temps, le corps et ses pensées sont régis par des habitudes qui deviennent des rituels. L'argent est aussi une fausse priorité qui rassure. Ce que le cinéaste nous montre, est ce que nous sommes, ce que l'on vit. Nous cherchons, dans nos actes et notre parole, une méthode pour contrer toutes les solitudes. Nous souhaiterions pouvoir nous libérer d'un monde prosaïque et commun mais le profane comme le matérialisme se sacralisent à nos dépends. Cette banalisation nous précipite dans une absence. Si le film est une existence en quête d'essence, il est aussi la révélation d'une impuissance à vivre comme à mourir, une leçon d'humilité autant artistique qu'humaine. Peu de cinéastes parviennent à un degré d'abstraction aussi intelligible et clairvoyant.

Dominique Boccarossa

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes
soutien

Recherche