Vénus sur la rive

Un film de Lin Wang

Vénus sur la rive

Un film de Lin Wang

Chine - 2021 - 100 min

Dans une ville du sud de la Chine, durant les années 90, Chichi, une fillette de 9 ans, part vivre avec sa grand-mère, sa tante et sa cousine pendant que sa mère est hospitalisée. Témoin des luttes que mènent les femmes de sa famille, Chichi songe à sa propre trajectoire alors que se rapproche le moment où elle aussi deviendra une femme. 


In a southern city of the 90s China, a 9-year-old girl, Chichi, moves in with her grandmother, aunt, and cousin when her mother is going through surgery. Witnessing the struggles of the women in her family, Chichi ponders over her own path as she drifts towards the brink of womanhood.

Avec :
Lee Q , Huiying Zhu , Minzhuo Mao , Qingqing Chen et Haipeng Xu

À propos de VÉNUS SUR LA RIVE

Premier film impressionnant de maîtrise, aussi mélancolique dans son constat que lumineux dans sa proposition, VÉNUS SUR LA RIVE se place au début des années 90 pour peindre le tableau amer de la condition féminine en Chine. Aux côtés de son personnage central, la petite Chichi, qui imprime la mise en scène de son regard enfantin et grave, nous assistons aux drames frappant les femmes de sa famille. Défiant la gravité du sujet, le film se déploie dans une forme légère et fluide, cinématographiquement aussi sobre par sa verbalisation minimale, ses gestes retenus et son absence de musique, que touchant au sublime par ses cadres, ses lumières, ses écarts oniriques. Cette œuvre chorale, à la fois intimiste et sociologique, aussi tendre dans sa sororité qu'impitoyable envers les hommes, se démarque du strict réalisme et de la stricte peinture sociétale pour accéder à la pure poésie et au pur cinéma par un travail d'orfèvre, modeste et sophistiqué, qui infuse subtilement son féminisme déterminé. Dans le mouvement global d'un combat très actuel, c'est une contribution artistique remarquable – toute personnelle et d'une rare élégance – au vacillement nécessaire de l'édifice patriarcal.


Even if the statement that it makes is a melancholy one, VENUS BY WATER, Lin Wang's impressive first feature film, is a radiant movie. Its subject is the status of women in early 90s China and the filmmaker's point of view is a bitter one. Alongside the main protagonist, a little girl named Chichi, whose vision of the world is both naive and grave, the viewer witnesses the hardships endured by the women of her family. In sharp contrast with its topic, which can be quite heavy, the movie's form is light and fluid. Because its characters' use of words and gestures is kept at minimal and because it has no musical soundtrack, there is something modest about VENUS BY WATER. Often, thanks to a meticulous work on the camera framing and on the light – also because of its mesmerizing dream sequences –, Wang's film touches the sublime. This ensemble movie works both on a sociological and on a more intimate, individual level, and while its vision of sorority is a tender one, men are depicted in a ruthless manner. Furthermore it distances itself from a strictly realistic and sociological portrait by reaching pure poetry and pure cinema. Both modest and sophisticated, VENUS BY WATER is a work of art that softly conveys a very determined feminist point of view. Thus it constitutes a remarkably personal and elegant artistic contribution to the necessary assault that is currently going on a global scale against all patriarchal systems.

Philippe Fernandez

 - 

Cinéaste


Pascale Hannoyer

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes
Vidéo

Recherche

Gestion des cookies

En poursuivant sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies, qui servent à vous proposer une meilleure expérience de navigation (vidéos, photos, cartes interactives).

Tout refuser