États Généraux pour Films Singuliers


Cinéastes de l'ACID

Depuis le Festival de Cannes en mai dernier, un appel a été lancé pour la tenue d'États Généraux du Cinéma et, sauf impondérables, ceux-ci commenceront en octobre prochain.

Les motivations invoquées sont nombreuses et nous les connaissons. (Entre autres) : dérive des moyens de financement – et donc des formes produites – du cinéma vers l'audiovisuel, phénomène d'hyperconcentration des films au moment de leur diffusion, etc. Au final, invisibilisation de toute une frange de la production – et notamment des films que nous fabriquons et soutenons à l'ACID – au profit de films prétendument porteurs qui ne parviennent plus à intéresser les spectateurs.


Comment éviter que ces États Généraux ne débouchent que sur des constats éculés, des vœux pieux, sans effet réel et immédiat au vu de l'urgence qui nous touche ? D'abord, il faut y prendre activement et fièrement part : nul ne nous représentera sinon nous-mêmes et le cinéma – pluriel, multiple, irréductible à un genre ou une catégorie – dont nous faisons partie, doit se faire entendre à ce moment-là.


Ensuite se pose la question de ce que nous voulons. Lors de la préparation des États Généraux du Cinéma Indépendant, arrêtée en plein vol du fait du COVID en mars 2020, nous avions mis en avant la nécessité d'une régulation effective des plans de sorties de films, d'un questionnement en profondeur d'un « Art et Essai » * dont l'absence de sens, aujourd'hui, nous interroge, d'un rééquilibrage des soutiens automatiques vers les soutiens sélectifs… Mais tout cela, c'est de la technique et, au fond, l'exigence profonde que nous portons à l'ACID, c'est celle d'une égalité réelle des films – TOUS les films – devant les spectateurs et dans les salles. Nous sommes prêts à consacrer notre temps, notre énergie, notre désir pour permettre à ces films d'advenir dans les salles et nous le faisons quotidiennement – témoin les reprises à venir de la programmation cannoise. Néanmoins, ne soyons pas dupes que notre cinéma prend toujours un peu trop de place. Il faut donc être combatif autant que vigilant.


Réjouissons-nous donc de ces États Généraux et prenons solidairement notre place dans cet espace pour faire entendre, haut, fort, avec d'autres, la voix qui est la nôtre et qui contribue si singulièrement à la richesse et à la vivacité du cinéma contemporain.

___

* Classement des salles de cinéma (donnant accès à un soutien financier), basé sur la programmation de films recommandés ‘Art et Essai'.

Cinéastes de l'ACID


Publié le lundi 05 septembre 2022

Édito

Recherche

Gestion des cookies

En poursuivant sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies, qui servent à vous proposer une meilleure expérience de navigation (vidéos, photos, cartes interactives).

Tout refuser