À propos de La Robe du soir

Joël
Brisse

Cinéaste

Une histoire simple qui nous montre comment le trouble d'un sentiment rend la vie complexe. Quand la perception (sensualité, idéalisation, interprétation) habille d'illusion l'objet du désir. En premier il y a le corps, celui d'une femme et son aisance, sa propension à séduire ses élèves. Le jeu des corps se joue au jour le jour dans la classe. Les enfants découvrent la perversion fine et plaisante par les apparences. Il y a un protagoniste par qui tout passe, qui n'est pas le professeur, mais est assis aux premières loges parmi les élèves. C'est une fille, comme les autres, apparemment. Elle est secrètement amoureuse de sa professeur de français. Son secret l'isole. Incomprise par les autres et peut-être par elle-même, dépassée par sa douleur qui lui mange l'estomac, elle est repoussée aux marges de sa sphère sociale. Et comme cet amour la plonge dans l'âge adulte, à moins que l'enfant soit un adulte qui s'ignore, elle inaugure le cortège de fétichisme, de frustration, de jalousie, de rancœur, de traîtrise et de mensonge qui va avec. Malgré son apparence de simple récit sur les affres d'une adolescente qui découvre le sentiment amoureux, le film nous questionne sur le comportement inconscient de l'adulte éprouvant lui aussi de troubles sensations. Ce jeu de miroir entre la jeune fille et la femme révèle la confusion des sentiments et la nécessité de l'expérience pour en prendre conscience. Il dit que cette prise de conscience se fait à tout âge. L'intérêt cinématographique se niche dans le glissement d'un film qui semble appartenir à une famille traitant du portrait social et psychologique vers un film plus dérangeant sur les zones troubles de chacun. Il y a une logique en forme de morale dans cette histoire d'amour. Si le manque de maturité empêche de surmonter la passion et si l'expérience ne permet pas de la dissoudre dans le quotidien, alors la fuite est la seule solution pour que le temps transforme les talismans en objets dérisoires. Ce film nous rappelle qu'on a tous une boîte noire dans notre placard.

Joël Brisse

 - 

Cinéaste


Publié le lundi 11 septembre 2017
Mis à jour le mardi 14 novembre 2017

Paroles de cinéastes

La Robe du soir

Un film de Myriam Aziza

Notice: Undefined index: show-sortie in /home/lacid/www.lacid.org/application/front/tpl/bloc/bloc-film.tpl on line 31
A PROPOS DU FILM

Recherche