à propos de Aprés, un voyage...

Laurence
Petit-Jouvet

Cinéaste

Le dernier film de Denis Gheerbrant Après, un voyage dans le Rwanda appartient à la veine de ses meilleurs films. L'esprit de Johan van der Keuken plane et nous protège lorsqu'on regarde ce cinéma beau et terrible. Heureusement c'est un artiste qui nous conduit. Sa présence se fait sentir, intensément, derrière chacun des plus petits mouvements de caméra qui nous raconte quelque chose de son état intérieur, chacun des choix de cadrage, justes, et bien sûr chacun de ses mots prononcés, doucement. On chemine ainsi avec lui, dans le film, à travers le pays et dans l'Histoire. Il hésite, a peur, avance, questionne... traversé par l'ordinaire de la vie, comme on l'est partout sur cette terre lorsqu'on passe du temps avec les gens. Il pose des questions donc, pas à la manière d'un journaliste mais à la manière d'un homme, il commence à comprendre puis finalement parvient à éclairer la machine qui a broyé ce pays. Notre histoire d'Européens nous apparaît alors, comme si souvent, en grande partie responsable. Sa façon de filmer ses personnages leur redonne leur beauté, leur humanité. Je dis « redonne » car on perçoit bien à quel point un génocide peut salir ceux qui restent. Mais lorsqu'il va filmer les voisins sans doute complices, on se sent transpercés par les regards qu'ils adressent à Denis Gheerbrant à travers sa caméra. Là aussi, on est atteint. Lors de la commémoration du génocide, j'ai vu à la télévision plusieurs documents audiovisuels, (comment les nommer ?) qui, en tentant d'informer et d'expliquer me faisaient horreur car en sorte, ils répétaient. Me rappelant le film. Après, je ressentais la force du regard subjectif de l'artiste quand il faut retourner après un génocide.


Laurence Petit-Jouvet

 - 

Cinéaste


Publié le vendredi 13 octobre 2017
Mis à jour le vendredi 13 octobre 2017

Paroles de cinéastes

Après, un voyage dans le Rwanda

Un film de Denis Gheerbrant

Notice: Undefined index: show-sortie in /home/lacid/www.lacid.org/application/front/tpl/bloc/bloc-film.tpl on line 31
A PROPOS DU FILM

Recherche