À propos de La Vie rêvée des anges

Jean-Henri
Roger

Cinéaste

Le désir impossible


Dire que La Vie rêvée des anges est un film sur l'amitié ou sur la marginalité, est non seulement réducteur mais aussi un contre-sens. La Vie rêvée des anges n'est pas un film sûr. C'est un film qui à travers l'observation de deux regards, nous fait vivre l'impossible amitié et l'inévitable trahison. Impossible car le désir de fusion n'appartient qu'à l'une des protagonistes (Isa), pour l'autre (Marie) le désir ne peut servir qu'à s'échapper aux circonstances de leur rencontre. Jeux de miroirs où la traversée de celui-ci ne peut être que fatal. La force de La Vie rêvée des anges est de nous livrer le réel à partir de cette impossibilité. Du coup, rien n'est décoratif, la marge, la galère, l'abjection du fric, ne sont jamais utilisées comme démagogie narrative. Ils sont là, réels et incontournables. Comme sont là les autres personnages, pris sur le regard croisé et inconciliable des deux protagonistes féminines, créant ainsi de la complexité et de l'épaisseur pour tous les personnages secondaires. Dans le palmarès frileux de Cannes 98, celui de l'interprétation féminine attribuée aux deux actrices du film est celui qui est le plus proche du regard d'un cinéaste (Scorsese était le président), car en donnant le prix à Elodie Bouchez et Natacha Régnier, c'est bien évidemment aussi le film qui est primé. La manière de Zonca et la force de la mise en scène viennent du fait que tout nous est montré, raconté à partir de ces deux corps et de ces deux regards inconciliables.

Jean-Henri Roger

 - 

Cinéaste


Publié le lundi 18 septembre 2017
Mis à jour le jeudi 16 novembre 2017

Paroles de cinéastes

La Vie rêvée des anges

Un film de Erick Zonca

Notice: Undefined index: show-sortie in /home/lacid/www.lacid.org/application/front/tpl/bloc/bloc-film.tpl on line 31
A PROPOS DU FILM

Recherche