Sur la réouverture des lieux de culture


Cinéastes de l'ACID

[ 14 mai 2021 ]


Mercredi prochain les salles de cinéma, comme une partie des lieux de culture, vont pouvoir rouvrir leurs portes et accueillir de nouveau, enfin, du public. Ces retrouvailles, trop longtemps absurdement différées, auraient dû être un moment de fête ; l'avis rendu en avril dernier par l'Autorité de la Concurrence, et qui permet aux distributeurs de coordonner leurs calendriers de sortie laissait présager et espérer une attitude des uns et des autres enfin tournée vers la solidarité, le souci de la diversité, une certaine idée de l'intérêt général.


Force est de constater que cet espoir semble parti pour faire long feu : entre politique de la chaise vide et ruée sur les dates sans souci, ne serait-ce par exemple que de préserver deux semaines d'exclusivité pour les films dont la sortie a explosé en vol fin-octobre dernier, c'est bien les intérêts particuliers des uns et des autres qui prévalent, au détriment de tous les vœux pieux formulées à longueur de tribunes ou de communiqués durant ces derniers mois.


Il y a deux manières de réagir face cette déception : baisser les bras, accepter le monde tel qu'il va – et il ne va pas bien, ce qui se joue autour des films n'en est qu'un symptôme de plus ; ou bien se retrousser les manches, retourner au travail, continuer de porter haut, fort et fièrement les idées – oserait-on dire les idéaux ? – auxquelles nous croyons et agir, quotidiennement, avec celles et ceux qui persévèrent et n'ont pas encore abdiqué l'idée que tous les films de cinéma ont droit à la salle de cinéma (ceux qui y renoncent au profit les plateformes ont choisi leur camp) ; que tous les spectateurs doivent pouvoir avoir accès à l'ensemble de la diversité des films ; que le mythe de l'autorégulation du marché est un leurre pour néolibéraux nostalgiques – ironie du sort : ce constat a été validé par l'Autorité de la Concurrence elle-même ! – ; et qu'enfin, tant qu'on considérera que le cinéma est aussi un lieu où l'on prend soin des âmes, alors il restera irremplaçable, quoiqu'en disent les faux-prophètes sectateurs de l'algorithme ! C'est cette position que nous avons choisie à l'ACID. 

Cinéastes de l'ACID


Publié le vendredi 14 mai 2021

Édito

Recherche

Gestion des cookies

En poursuivant sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies, qui servent à vous proposer une meilleure expérience de navigation (vidéos, photos, cartes interactives).

Tout refuser