ACID Trip

Depuis 25 ans que les cinéastes de l'ACID soutiennent la diffusion du cinéma dans sa diversité, ils ont tissé des liens pérennes avec leurs pairs dans le monde entier.

En ces temps où les horizons politiques dessinent partout le retour des frontières et des refrains nationalistes, le cinéma a plus que jamais son rôle à tenir : celui de décloisonner les regards, de franchir les lignes, pour cultiver ce que Serge Daney décrivait comme « un sentiment d'appartenance à l'humanité à travers un pays supplémentaire ». Ce sentiment d'appartenance se déploie depuis longtemps dans les films et avec les films. Mais pas seulement. Il s'affine aussi dans la chaîne de solidarité internationale inventée entre ceux qui font les films.

Depuis plusieurs années, nombre de cinéastes à travers le monde ont commencé à s'emparer des enjeux qui touchent à la circulation du cinéma indépendant et à la formation des publics. L'ACID a ainsi monté des partenariats au fil des ans avec l'Argentine, la Belgique, l'Espagne, l'Egypte, le Portugal...


En 2017, l'ACID a ouvert une nouvelle fenêtre de programmation à Cannes, offerte à une association étrangère de cinéastes indépendants impliquée dans les problématiques de diffusion des œuvres et de formation des publics.

L'association de cinéastes serbes Bande à part a inauguré, les 19, 20 et 21 mai 2017, cette carte blanche de trois séances, baptisée ACID TRIP. En 2018, c'est l'Association Portugaise de Réalisateurs qui se voit proposer trois séances en présence des cinéastes lors du premier week-end du festival.




Pour aller plus loin

Publié le dimanche 13 août 2017
Mis à jour le mardi 08 mai 2018

Recherche