99 MOONS

Un film de Jan Gassmann

99 MOONS

Un film de Jan Gassmann

Suisse - 2022 - 110 min

Bigna, scientifique de 28 ans, contrôle toute son existence - y compris sa vie sexuelle, énigmatique. Frank, 33 ans, cherche quant à lui un sens à la sienne en se nourrissant de l’affection des autres et en plongeant dans l’obscurité des paradis artificiels. Deux trajectoires contradictoires qui se rencontrent, se lient l’une à l’autre, jusqu’à l’obsession d’un amour fou.


Bigna, a twenty-eight-year-old scientist, is used to having everything under control, but her sex life is enshrouded in secrecy. Thirty-three-year-old Frank searches for meaning in a haze of drugs and feeds on other people’s affection. Two opposites who meet by chance and become obsessively entwined in a passionate affair. 

Avec :
Valentina Di Pace et Dominik Fellmann

À propos de 99 MOONS

Le grand amour. Celui qui vous foudroie, vous fait chanceler, vous aspire, avant de vous rejeter avec autant de violence qu'il vous a attiré. Un grand amour entre deux mondes, comme deux visages d'une Suisse contemporaine qui rechigne à s'observer. Celui de Bigna, chercheuse solitaire et cérébrale, travaillant sur l'incidence des mouvements sismiques sur le déplacement des animaux, et adepte du facesitting, et Frank, organisateur de Silent Party, voguant dans les paradis artificiels de la drogue et de la fête, en enchaînant les conquêtes faciles. 


Deux mondes, deux milieux sociaux, qui n'auraient pas dû se croiser, et que la passion aimante avant de les rejeter au fil des ans et des lunes qui s'égrènent. Bigna et Frank se brûlent au plaisir de leur corps avant de prendre la fuite, pour mieux se retrouver. Avec le temps, la pulsion sexuelle reste intacte mais devient moins compatible avec l'amour et les choix de vie de l'un et l'autre. 


99 moons questionne avec une grande sensibilité cet être étrange qu'est le couple, coincé entre son organicité et sa raison sociale, dans une tension permanente où l'éruption ne semble jamais loin, avec son lot de catastrophes. 


Une tension que la mise en scène de Jan Gassmann maintient tout au long du film avec une grande élégance, servie par un travail exemplaire sur la couleur et une partition musicale envoûtante de Michelle Gurevich. Sans oublier le principal peut-être, les corps de ses acteurs, Valentina Di Pace et Dominik Fellmann, aussi magnifiques dans leur frénésie sexuelle que dans leur réserve sentimentale.


The great love. The kind that strikes you like lightning, makes you stumble, sucks you in and then rejects you with the same violence it attracted you in the first place. A great love story between two worlds which are like the two faces of contemporary Switzerland, a country that refuses to analyze itself. On the one hand there is Bigna, a cerebral and solitary researcher who works on the impact of seismic movements on wildlife movement and who is an adept of face sitting. On the other hand there is Frank, an organizer of Silent Parties who takes drugs, goes from one party to another, and to one easy girl to the next. 


They represent two worlds, two social backgrounds which should never have collided. It is passion which first attracts Bigna to Frank. Then, as the years and the moons pass, this passion abandons them. A burning desire consumes their bodies, then they break up, before getting back together again some time later. As time goes by, they are still sexually attracted to each other but this attraction becomes less compatible with love and the different life choices they have made. 


99 moons questions with a great sensitivity this strange creature that we call « a couple », which is always torn apart between its organic relationship and the place it occupies in society. Because of this permanent tension, eruptions and catastrophes always seem on the verge of happening. 


This tension is maintained all along the movie thanks to Jan Gassmann's elegant filming style and an exemplary work on colors, as well as Michelle Gurevich's spellbinding musical score. Last but not least : the bodies of the two main actors, Valentina Di Pace and Dominik Fellmann, impress us as much in their sexual frenzy as when they express emotional restraint.

Frédéric Ramade

 - 

Cinéaste


Aline Fischer

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes
Vidéo
Vidéo

Recherche

Gestion des cookies

En poursuivant sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies, qui servent à vous proposer une meilleure expérience de navigation (vidéos, photos, cartes interactives).

Tout refuser