Cosmodrama

Un film de Philippe Fernandez

Cosmodrama

Un film de Philippe Fernandez

France, Belgique - 2015 - 115 min

À bord d'un vaisseau spatial, sept membres d’équipage se réveillent de cryogénisation, malencontreusement amnésiques. Ils ne savent plus ni où ils sont, ni d’où ils viennent, ni le but de leur mission. Leurs observations leur permettront des hypothèses sur ces sujets, mais tous ne les supporteront pas.

Avec :
Jackie Berroyer , Bernard Blancan , Emilia Derou-Bernal , Ortès Holz , Serge Larivière , Sascha Ley , Emmanuel Moynot et Stefanie Schüler...

Sorti le 29 juin 2016

À propos de Cosmodrama

Cosmodrama, une odyssée corticale 

Un vaisseau spatial vogue dans l'espace-temps intersidéral. À son bord, sept spationautes, une guenon, un chien, un chou romanesco, une amibe et un fantôme, nous feront vivre un grand drame cosmique mêlant poésie, burlesque et questionnement métaphysique.

Dans leur gigantesque vaisseau, ce dédale de couloirs qui relient cellules de travail, salle de boxe, sauna et lounge, nos voyageurs spatiaux cherchent à percer le mystère de leur condition, la nôtre, celle de l'homme perdu au milieu de l'univers. D'où viennent-ils ? Où sont-ils ? Que doivent-ils faire ? La science leur permet-elle d'échapper au doute qui les étreint ? Au vide qui les entoure et qui compose 95 % de l'espace ? 

Investissant la dimension la plus plastique du cinéma, l'auteur délaisse les formes de la narration classique au profit d'une dramaturgie formelle où la puissance de l'image soutient notre pensée. Film de sensations corticales, Cosmodrama nous magnétise par sa chromatique ardente, son décor saillant, ses costumes surannés, ses accessoires designés au cordeau, ses envoûtantes notes sonores. Un pari osé à l'heure où la science-fiction a depuis longtemps rendu les armes au genre du film d'action. D'autant plus osé que la cinématographie française s'est de longue date interdite d'explorer ces lointaines contrées stellaires.

Philippe Fernandez franchit avec Cosmodrama une étape de plus dans la construction d'une œuvre filmosophique fondée sur la primauté de l'image et le rafraîchissement de la pensée. 

Rima Samman

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes

À propos de Cosmodrama

Hautement recommandable, mais peut-être pas à n'importe qui, voilà un film qui peut au choix faire hurler de rire ou plonger dans des abîmes de perplexité stupéfaite. Au mieux, par un subtile mélange de ces deux réactions, Cosmodrama amènera le spectateur le plus « aware » au bord de l'orgasme intellectuel. On comprendra cependant que, plus rétifs à l'humour en pointillés de Philippe Fernandez, les grincheux se renfrognent, se sentent même personnellement agressés par cette fable spatiale faussement non-sensique, joyeusement érudite, élégamment joueuse et, il faut bien l'admettre, globalement incernable. En leur temps, les divagations de Monsieur Cyclopède sur une chaîne de télévision publique et à une heure de grande écoute purent déclencher des réactions comparables.

Pour se faire une (petite) idée ce qu'est Cosmodrama, il faut imaginer le Peter Sellers de The Party qui viendrait dynamiter de l'intérieur le bel ordonnancement rigoriste du Solaris de Tarkovski - ou ce qui se serait passé si, dans un moment d'égarement ou de génie visionnaire, un producteur sous Prozac® avait confié à Jean-Luc Godard le pilote de Galaxy Quest (au croisement de Star Trek et de Cosmos 99). Ou peut-être un remake de 2001, Odyssée de l'espace, par Luc Moullet avec les Monty Pythons… Toujours est-il que, dans une époque où en matière de SF, uniformisé au possible, le cinéma a largement sacrifié la science au profit de la fiction, tout entier tendu vers une surenchère pyrotechnique barbouillée de réalisme numérique, Cosmodrama est une véritable bouffée d'oxygène. Dans ce jeu de pistes découpé en stations (14 stations, comme LE chemin de croix ? Et…?) on n'est pas certain de tout saisir, tout assimiler. Même pas certain de vouloir tout saisir. Car, au rayon questionnements et concepts, Philippe Fernandez y va généreusement. Très sérieusement aussi, on n'en doute pas une seconde – mais sans se prendre au sérieux, ce qui rend l'ensemble très digeste et accessible au commun des mortels. D'un kitsch extrêmement sobre (Cosmodrama appelle l'oxymore), sans jamais céder à la facilité du second degré de connivence, les décors, costumes, photo, intertitres, bande son du huis-clos sont absolument épatants. Les acteurs Berroyer-Blancan-Bernal-Moyont-Larivière, tous impeccables, se et nous régalent à se renvoyer des considérations marabout'ficel'de'ch'val aux frontières de la pataphysique. Jusqu'au questionnement co(s)mique final, de base et vertigineux.

Arnaud Clappier

 - 

programmateur


Utopia Montpellier
Paroles de programmateurs
Vidéo
À voir en VOD

Recherche