La Forêt sans nom

Un film de Aoyama Shinji

La Forêt sans nom

Un film de Aoyama Shinji

Japon - 2001 - 71 min

Mike Yokohama est un détective privé, cynique et blagueur, engagé par le père d'une jeune femme qui a quitté la ville pour se rendre dans une maison reculée où elle effectue une retraite. Sa mission est de la faire sortir à temps pour son mariage qui doit l'unir à une famille riche et respectable. A son arrivée dans ce lieu, on lui affecte un numéro. Le contact avec le monde extérieur est proscrit, même s'il est libre de partir dès qu'il le désire. Il retrouve la jeune femme qui refuse de s'en aller.

L'énigmatique docteur qui dirige la maison, indique à Mike un lieu dans la forêt, où se trouve un arbre qui lui ressemble. Le voir, lui dit-elle, éclairera Mike sur ses propres désirs. Après avoir accompli sa mission, Mike se rend compte qu'il ne peut résister au désir de revenir vers cette retraite.

Avec :
Masatochi Nagase , Kyoka Suzuki , Nene Otsuka , Yoshio Harada et Masashi Yamamato

Sorti le 26 mars 2003

À propos de La Forêt sans nom

On entre dans La Forêt sans nom après un départ incertain. Quel est ce détective pop, adolescent trop vieux, que l'on imagine traînant sur les trottoirs d'Asakusa, plongé dans un Manga ? Il veut qu'on l'appelle Mike (comme Mike Hammer), il joue au détective et le film semble jouer le même jeu que lui, celui du recyclage. Ainsi, La Forêt sans nom commence comme la parodie bricolée et potache d'une enquête à l'américaine. Le mime semble naïf, l'histoire facile. Mais tout bascule à l'approche de La Forêt sans nom. À partir de là, ça ne doit plus rien à personne, comme s'il fallait s'éloigner de la ville pour perdre ses références, pour se sentir chez soi et en soi. Mike se retrouve dans un bâtiment, hybride d'hôtel, niché au creux des montagnes. Les pensionnaires sont jeunes et apathiques. C'est aussi improbable que d'imaginer Johny Rotten déambulant dans une maison de retraite. Voilà ce qui m'intéresse tout d'abord. Ayoama Shinji plonge ce corps étranger dans un milieu qui n'est pas le sien, dans un monde qui a des règles secrètes et il filme ce que cela produit. Dès ce moment, impossible de prévoir. Le film déroule son mystère et provoque notre imaginaire, ce qui n'est pas rien, ce qui est tout ce que l'on aime : cette incertitude sans cesse renouvelée, cet inconfort d'où naissent les moments de grâce. J'aime les images et les sensations que cela a laissées en moi. Les pieds délicats d'une jeune fille pris dans la douce fourrure blanche de ses chaussons, l'étrange gymnastique au lever du jour, le sourire terriblement aimable de la doctoresse en chef et désormais la certitude de savoir que dans certaines forêts, se cache un arbre qui nous ressemble.

Charles Castella

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes

Recherche

Gestion des cookies

En poursuivant sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies, qui servent à vous proposer une meilleure expérience de navigation (vidéos, photos, cartes interactives).

Tout refuser