Les Passagers

Un film de Jean-Claude Guiguet

Les Passagers

Un film de Jean-Claude Guiguet

France - 1998 - 92 min

Le nouveau tramway qui va de Saint-Denis à Bobigny et de Bobigny à Saint-Denis accueille et dépose ses voyageurs dans la traversée trop brève de leur destinée. Un passager qui refuse de n'être qu'un client, un jeune homme portant un bouquet de fleurs, une vieille femme capricieuse, l'adepte d'une sexualité joyeusement confuse, tels sont quelques uns des habitués de cet étrange tramway dont une femme, spectatrice et guide, expose, commente, réfléchit, relance les préoccupations tantôt futiles, tantôt graves des uns et des autres, qui ne sont là, provisoirement que pour courir à leur destin. Mais les voyageurs et la vigie du tram ont une double vie. Dès que l'on quitte le tramway pour la terre ferme, les drames vrais commencent : le jeune homme va fleurir une tombe puis consoler un agonisant de son âge, l'adorateur du pied idéal fait un effrayant mariage, la sexualité quelle qu'elle soit devient une réalité qu'il faut vivre, la suppression des postes de travail une machinerie diabolique et la femme qu'on a vue, dans son élégance détachée, commenter les cocasseries fugitives du tramway, se révèle, à terre, la responsable infatigable d'un hôpital surchargé. Chaque personnage, en fin, tire la leçon des innombrables méfaits qui empoisonnent la vie, prenant à coeur de tenir son rôle, éclairant comme il peut son bout d'existence : à chacun son registre pour vivre ou pour mourir...

Avec :
Fabienne Babe , Jean-Christophe Bouvet , Philippe Garziano , Bruno Putzulu , Stéphane Rideau , Marie Rousseau , Véronique Silver et Gwenaëlle Simon

Sorti le 02 juin 1999

À propos des Passagers

Les Passagers de Jean-Claude Guiguet est pour moi un chant d'amour et de détresse, mais d'une détresse si insolente et pleine d'appétit de vivre qu'elle en devient joyeuse. J'aime beaucoup ce film pour son caractère déroutant, son humour singulier reposant sur un malicieux et savant détournement des clichés. Il y a souvent des moments très drôles (celui où le passager du tramway parle de sexualité à un jeune homme au regard énigmatique) dont l'étrangeté semble résulter de la subtile distanciation que chaque acteur introduit dans son jeu. Un film impressionniste à la structure éclatée et musicale, dont la recherche formelle est toujours guidée par l'émotion, qui ose faire ce que les ouvrages théoriques interdisent, et réussit à emporter l'adhésion du spectateur à force de justesse, d'intelligence et de sincérité. Un film beau et profond sur la vie et la mort nous invitant à la fois à la résistance et au détachement. Il s'agit de redécouvrir des vérités oubliées, de retrouver nos racines, par une rééducation de notre regard perverti.

Alain Mazars

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes
À voir en VOD

Recherche