Nénette et Boni

Un film de Claire Denis

Nénette et Boni

Un film de Claire Denis

France - 1996 - 103 min

Depuis la mort de sa mère, Boni, un jeune homme de 19 ans, vit seul dans la maison qu'elle lui a laissée à Marseille. Il est fâché avec son père, surnommé « Monsieur Luminaire », qui s'est occupé de Nénette, sa soeur de 15 ans. Pour vivre, Boni s'occupe, avec des copains d'une pizzeria ambulante que lui a donnée son oncle. Arrive Nénette qui s'est échappée de son internat. Enceinte de 4 mois d'un enfant qu'elle ne désire pas, elle vient perturber la vie monotone de Boni qui, de son côté, ne veut pas entendre parler d'elle. Mais malgré lui, la grossesse et les angoisses de Nénette modifient le cours de sa vie quotidienne et par conséquent son comportement. Alors que Nénette rejette définitivement cet enfant (elle a décidé de le confier à l'assistance publique), Boni, au contraire, s'entête à vouloir le garder. Après l'accouchement, Boni, contre la volonté de sa soeur, récupère l'enfant de force à l'hôpital et décide de l'élever seul.

Avec :
Valeria Bruni-Tedeschi , Grégoire Colin , Alex Descas , Jamilia Farah , Vincent Gallo , Alice Houri , Gérard Meylan et Jacques Nollot

Sorti le 29 janvier 1997

À propos de Nénette et Boni

Il y a dans Nénette et Boni une tension qui est le vrai moteur de la fiction. Tension de l'indicible dont le moteur est une question : qui a mis enceinte Nénette ? Tension qui révèle la complexité des rapports de Boni qui a fait sienne cette déclaration de Gide "famille je vous hais", et qui est prêt à tout pour en fabriquer une avec sa soeur quand il apprend qu'elle est enceinte. Tension la détermination de Nénette, à taire son histoire. Tension le triangle composé du père, de la fille et du fils. Triangle qui ne pourra survivre que par la mort du père et sa substitution par l'enfant (le sien ?). Cette tension traverse tout le film, du cadre, aux corps des acteurs. La beauté du film tient à la capacité de Claire Denis, d'inscrire cette histoire chez des personnages en attente. Attente d'un corps sexuel et du plaisir pour Boni (la belle boulangère), attente de la libération de l'indicible pour Nénette (l'avortement), attente de retour impossible pour le père (l'effacement de la rupture avec ses enfants). Boni n'est ni pauvre ni riche et vit la liberté de la démerde. Celle chaleureuse du temps où les copains font office de famille. Il y a chez Claire Denis une jubilation d'inscrire dans le réel (la succulente scène avec l'assistante social). Marseille jamais filmée comme un décor, mais dont la présence dans le cadre raconte beaucoup de la nonchalance de Boni et de ses amis, et sur la beauté des boulangères. La présence de Marseille rajoute de la force et de la véracité à cette histoire, filmée par un regard tendu et généreux.

Jean-Henri Roger

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes

Recherche

Gestion des cookies

En poursuivant sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies, qui servent à vous proposer une meilleure expérience de navigation (vidéos, photos, cartes interactives).

Tout refuser