Pursuit of Loneliness

Un film de Laurence Thrush

Pursuit of Loneliness

Un film de Laurence Thrush

États-Unis - 2012 - 95 min

Pendant 24 heures, une infirmière, une assistante sociale et un enquêteur des services publics partent à la recherche de la famille d’une femme âgée, morte anonymement dans un hôpital du comté de Los Angeles. Petit à petit, ils découvrent sa vie, remplie d’objets, mais vide de relations.

Avec :
Joy Hille , Sandra Escalante , Suzanne Faha , Monique Flores et Sharon Munfus

Sortie non communiquée

À propos de Pursuit of Loneliness

Pursuit of loneliness envisage le monde comme une succession de tableaux lumineux en contrepoint d'une étrange obscurité. Des cadres subtilement dessinés à l'intérieur desquels hommes et femmes laissent des traces fébriles de leur passage. Menant de front deux récits, le film nous raconte de quelle manière, au crépuscule de leur vie, certains d'entre nous disparaissent tout autant pour la collectivité que pour eux-mêmes. Mais c'est aussi l'histoire d'une société qui s'évertue pas à pas à reconstituer l'identité des morts anonymes, d'abord par nécessité morale et légale, ensuite peut-être par compassion. Point de pathos, donc, mais un ensemble d'individus qui enquête minutieusement, recompose l'histoire d'une vie qui s'est éteinte ou plutôt effacée. Et justement, la grande réussite du réalisateur réside dans une mise en scène qui propose aux spectateurs de regarder ce récit comme un secret dont il faudrait témoigner. Par un travail parfois documentaire qui n'abandonne jamais l'exigence d'une esthétique rigoureuse et sophistiquée, ce film façonne notre regard tout autant qu'il questionne notre position face à cette enquête. Émerge alors une subtile mélancolie - parfaitement suggérée par la musique de William Basinski - écho d'une mort annoncée dont quelqu'un (peut-être nous ?) devra bien finir par faire le deuil.

Idir Serghine

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes

À propos de Pursuit of loneliness

Laurence Thrush fait le choix d'un montage subtil entre la vie quotidienne d'un hôpital surchargé, façon documentaire, et celle de la future mourante dont les dernières heures s'écoulent lentement. Cynthia a chaud. Elle va mourir, qu'importe, elle est déjà morte. Elle veut la même coiffure que celle de la publicité, elle veut le bijou du téléachat et que son ventilateur la rafraîchisse. Parallèlement le grand défilé des professions « socialcare » se déploie : il y a ceux qui soignent, ceux qui veillent, ceux qui accompagnent, remplacent, nettoient. Avec une respectueuse distance caméra, le spectateur entre dans le monde bien vivant de la mort : un indice, une enquête et des procédures à n'en plus finir, aux tournures parfois quasi comiques.  Un monde qui fait « ce qu'il faut bien que quelqu'un fasse » avec un professionnalisme touchant. Les questions effrayantes sont alors balayées par de nombreuses respirations. Les choses sont posées simplement, la photographie en noir et blanc protège, les rires rassurent, la vie continue.

Marie Holweck

 - 

Programmatrice


Agnès Varda Beauvais
Paroles de programmateurs
Vidéo

Recherche

Gestion des cookies

En poursuivant sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies, qui servent à vous proposer une meilleure expérience de navigation (vidéos, photos, cartes interactives).

Tout refuser