A propos de EVA EN AOÛT

Pascale
Hannoyer

Cinéaste

Digne descendante du Rayon vert de Rohmer, cette quête sans se l'avouer nous plonge avec délice dans l'état de vacance de l'héroïne et dans la torpeur de l'été madrilène où chaque rencontre arrive comme un morceau de l'énigme. 

Un charme puissant se dégage de chaque plan, la mise en scène prend le temps de regarder la lumière qui entre dans une pièce et tombe sur un visage, puis ose des dialogues où le trivial laisse surgir les questionnements existentiels. Car ce film a l'art d'être grave tout en étant léger, avec un humour joyeux qui le parcourt de bout en bout et qui rend chaque échange jubilatoire. Promenant sa solitude dans les rues livrées à la canicule, Eva renvoie ses interrogations à celles et ceux qu'elle croise, comme à autant de miroirs purs et ouverts, offerts dans leur propre fragilité et incertitude.


L'attention délicate aux détails nous donne accès aux émotions qui la traversent, son malaise au début, sa façon de se sentir toujours un peu à côté, puis son ouverture progressive. La collaboration de l'actrice principale au scénario n'est certainement pas étrangère à la justesse du personnage et de son incarnation, mais cette justesse s'applique à tous les interprètes. La bienveillance de tous envers chacun, l'absence de « méchant » de l'histoire ou même d'être un peu retors, baignent le film dans une douceur et une candeur toujours surprenantes.


Eva en août est audacieux par sa modestie, son entêtement à fuir le spectaculaire et le dramatique et son soin à coller à l'atmosphère, au temps arrêté de la ville, à la solitude et à la force gracile de cette jeune femme, contemplée avec une tendresse contagieuse.

Pascale Hannoyer

 - 

Cinéaste


Publié le mardi 24 mars 2020
Mis à jour le jeudi 03 septembre 2020

Paroles de cinéastes

Eva en août

Un film de Jonás Trueba

Notice: Undefined index: show-sortie in /home/lacid/www.lacid.org/application/front/tpl/bloc/bloc-film.tpl on line 31
A PROPOS DU FILM

Recherche