À propos de Ini Avan

Frédéric
Ramade

Cinéaste

Un homme, seul, rentre chez lui. C'est un ancien cadre des Tigres de libération de l'Îlam Tamoul, le mouvement de guérilla qui a sévi au Sri Lanka pendant trente ans. Face à lui le silence, puis la colère de villageois marqués par les enrôlements forcés et les ponctions financières des séparatistes. Ils n'entendent pas laisser ce « revenant » en paix. Pas plus que les habitants de la ville toute proche où l'homme cherche un travail qu'on lui refuse. Le « tigre qui revient » est la mauvaise conscience de l'Îlam Tamoul. Celui qui, en s'obstinant à vivre, questionne l'utopie séparatiste et ouvre les plaies encore vives d'un pays composite où cohabitent tamouls, cinghalais et musulmans. Avançant à tâtons dans la touffeur humide de sa nouvelle vie civile, l'homme se débat pour échapper aux fantômes qui surgissent à chacun de ses faux pas, avec une douceur et une patiente obstination qui contrastent avec son physique massif. 

Servi par une image remarquable et une grande finesse d'interprétation, avec une mention spéciale pour Dharshen Dharmaraj qui incarne le personnage principal, Ini Avan nous aspire dans sa quête identitaire en réussissant à concilier la gravité de son sujet avec un humour et une tendresse inattendus. Une atmosphère qui doit beaucoup à l'autre grand rôle du film, une rescapée tamoule dont l'Histoire pourrait ne retenir que le statut de victime mais qui par son entêtement et son espièglerie offre une issue aussi subtile qu'imprévue. 

Frédéric Ramade

 - 

Cinéaste

 - 

Administrateur


Publié le vendredi 08 septembre 2017
Mis à jour le lundi 13 novembre 2017

Paroles de cinéastes

Ini Avan, Celui qui revient

Un film de Asoka Handagama

Notice: Undefined index: show-sortie in /home/lacid/www.lacid.org/application/front/tpl/bloc/bloc-film.tpl on line 31
A PROPOS DU FILM

Recherche