À propos de Je suis de Titov Veles

Joël
Brisse

Cinéaste

Il y a plusieurs manières de fuir une ville empoisonnée par les rejets toxiques de ses aciéries. Sapho est prête à tout pour obtenir un visa pour la Grèce, Slavica se drogue à la méthadone, Aphrodite rêve. Ses sœurs rêvent leur vie, Aphrodite vit dans ses rêves. Tandis que Sapho et Slavica donnent leurs corps comme monnaie d'échange pour une vie meilleure, Aphrodite, ange muet tombé sur terre, oppose son silence aux discours absurdes, son innocence à la trivialité. Elle est un repoussoir à la bassesse des autres, ils ne le supportent pas. Elle doit s'humilier elle aussi, ramper et renoncer à ses rêves d'amour et à son désir maternel. Elle fait table rase et détruit la dernière chose qui la relie au passé. Elle parle enfin, elle raconte une histoire de requin. Comme la Yougoslavie, macédoine de régions, d'identités, de religions, l'Aphrodite de Veles n'aura pas d'enfant. Elle est la Vénus de Tito, une belle utopie qui n'existe plus aujourd'hui que dans les rêves.

Joël Brisse

 - 

Cinéaste


Publié le mardi 12 septembre 2017
Mis à jour le mardi 14 novembre 2017

Paroles de cinéastes

Je suis de Titov Veles

Un film de Téona Mitevska

Notice: Undefined index: show-sortie in /home/lacid/www.lacid.org/application/front/tpl/bloc/bloc-film.tpl on line 31
A PROPOS DU FILM

Recherche