À propos de La Bataille de Tabatô

Aurélia
Georges

Cinéaste

Christophe
Cognet

Cinéaste

Il n'est pas fréquent de rencontrer un film qui arrache radicalement le monde au quotidien tout en l'exprimant profondément. 

Le film s'ouvre sur la voix suave d'un conteur qui nous transporte aux sources du mythe. Cette voix, force tellurique, affirme la grandeur de la civilisation mandingue, créatrice successivement de l'agriculture, d'un régime de gouvernance équitable et de la musique moderne (le reggae et le jazz). C'est une voix fière et solennelle, arrogante même. Cet acte inaugural place le film sur deux régimes : celui de l'oralité et celui du mythe. 

Pourtant, c'est bien le présent le plus actuel d'une terre africaine que João Viana nous montre. Sa mise en scène cherche des voies modernes, hors du naturalisme ; elle tente de fonder un cinéma où les forces mythologiques immémoriales de l'Afrique s'inscrivent dans l'époque contemporaine. 

Le récit du film combine plusieurs temporalités et produit des accélérations, des moments de suspension et des digressions qui peuvent surprendre. João Viana s'inspire des attributs de l'oralité – celle de la mémoire des griots – alors que le cinéma le plus souvent relève de l'écriture. 

Mais son inventivité formelle (cadre, composition, usage du noir&blanc et de la couleur, rythme) nous montre qu'il s'agit, par le cinéma, de trouver la voie – et les voix – d'une réconciliation de la Guinée Bissau après les désastres de la guerre de décolonisation et des coups d'états qui ont suivi. Certains Guinéens s'étant alliés aux colons, ils ont connu la fusillade ou l'exil dès la proclamation de l'indépendance du pays. C'est le cas du père de l'héroïne. Dès lors, l'ambition du jeune cinéaste portugais est immense : travailler à la fois le mythe et le contemporain, inventer un cinéma où ces deux dimensions deviennent indiscernables pour proposer une image de la réconciliation.

Au fond, ce qui nous touche le plus dans La Bataille de Tabatô, c'est que ce film rêve que le cinéma est un pays en soi – peut être même une nation – au-delà de la nationalité des cinéastes.

Aurélia Georges

 - 

Cinéaste


Christophe Cognet

 - 

Cinéaste


Publié le mardi 12 septembre 2017
Mis à jour le mardi 14 novembre 2017

Paroles de cinéastes

La Bataille de Tabatô

Un film de João Viana

Notice: Undefined index: show-sortie in /home/lacid/www.lacid.org/application/front/tpl/bloc/bloc-film.tpl on line 31
A PROPOS DU FILM

Recherche