À propos des Trois Palmiers

Jean-Henri
Roger

Cinéaste

Le miroir du Tage


C'est l'histoire d'une femme qui regarde trop l'eau du Tage, l'eau qui n'est plus celle du fleuve mais déjà celle de l'océan. Océan qui ici n'a pas de nom puisqu'il est la porte ouverte à la mélancolie des départs, des découvertes, du Fado. C'est sûrement pour ça que l'on peut y tomber pour toujours.

C'est l'histoire d'une séduction, celle d'une femme sortie de la villa de Gasby qui ne connaît que le bleu des piscines.

C'est l'histoire d'une femme qui va accoucher là pour nous, mais avant tout il faut que l'amant devienne père. C'est aussi la preuve que Les demoiselles de Rochefort sont de tous les ports.

Les Trois Palmiers, c'est une nuit et un matin à Lisbonne. Le film de Botelho est une évidence si on demande à Joao de faire un film sur Lisbonne. C'est Lisbonne qui raconte le cinéma. C'est en partant des bords du Tage qu'on a découvert le monde, c'est en rentrant dans l'univers de Botelho qu'on a la certitude qu'il existe un continent de la liberté, celui du cinéma.

Jean-Henri Roger

 - 

Cinéaste


Publié le lundi 18 septembre 2017
Mis à jour le jeudi 16 novembre 2017

Paroles de cinéastes

Les Trois Palmiers

Un film de João Botelho

Notice: Undefined index: show-sortie in /home/lacid/www.lacid.org/application/front/tpl/bloc/bloc-film.tpl on line 31
A PROPOS DU FILM

Recherche