Cinéastes de l'ACID

Puisque l'ACID était pour ARTE Petit Poucet à Cannes, revendiquons avoir semé des cailloux blancs dans les forêts touffues et mystérieuses de la diffusion du cinéma indépendant. 1991 : Enfants du diable, du nom d'un film qui sera à Cannes deux ans plus tard, l'ACID plantait un texte de résistance en plein champs – le cinéma indépendant n'existe qu'à la condition de sa diffusion dans des salles qui s'engagent ! 2009 : Grain de folie, en pleine crise, c'était la fille la plus heureuse du monde : un réseau de spectateur•ices était lancé. 2018 : Violent désir de bonheur, le réseau des premiers jeunes ambassadeur•ices prenait racine. Inspiré des pionniers de Niš (Serbie) et de Caen (le Lux), il en reprenait les expérimentations audacieuses où la capacité d'agir des jeunes est le ferment, l'axe, l'horizon. Et ça essaime ! 2024 : La déclaration de la Ministre de la culture à Cannes met la diffusion à l'honneur, avec des aides du CNC pour les salles itinérantes et pour les festivals, le renforcement des dispositifs Art et Essai pour le cinéma de recherche, l'annonce d'un renforcement du dispositif des médiateur•ices et le lancement de celui des jeunes ambassadeur•ices.     

Alors réjouissons-nous ! Parions aussi qu'il nous faudra partager notre double ambition : allumer la flamme pour la salle de cinéma, mais au nom de la liberté de création, pour le cinéma indépendant. L'ACID est donc un peu Souffleur. On invente des dispositifs comme des bulles de savon et puis, on consolide et se trouve des alliés : les salles, bien sûr, le CNC, les associations d'auteur•ices, la filière de l'indépendance, la Fédération de l'action culturelle cinématographique (FACC), les festivals et puis bientôt plus de cinéastes, dans toute la France.     

Retenir de l'enfance la joie du créateur qui produit et voit s'envoler ses créations. « Le cinéma indépendant m'était inconnu » écrit une jeune ambassadrice, « mais de film en film, que je les aime ou pas, je me suis étonnée de découvrir des émotions particulières ». Iels rencontrent des interlocuteur•ices du cinéma indépendant, lancent dans les salles des évènements, inventent des programmations avec les films de l'année et ceux du catalogue. Et si souffler patiemment, ingénument, joyeusement dans un peu d'eau savonneuse témoignait de la plus juste compréhension qu'un roi sans divertissement est un homme plein de misère? L'ACID sera sur les routes, et trouvera encore mille incarnations entre Chat botté et Sorcière.

Cinéastes de l'ACID


Publié le vendredi 07 juin 2024

Paroles de cinéastes

Recherche

Gestion des cookies

En poursuivant sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies, qui servent à vous proposer une meilleure expérience de navigation (vidéos, photos, cartes interactives).

Tout refuser