À propos de Dans ma tête un rond point

Marion
Lary

Cinéaste

Dans ma tête un rond-point s'ouvre sous le double signe du cinéma et de la poésie. Un garçon qui actionne sur fond de murs sanglants une manivelle qui rappelle celles des caméras d'antan, un vieil homme qui évoque la mort, les anges et la fin de la vie, un cadre mis en perspective par une étroite fenêtre devant laquelle passent les uns et les autres, et nous voilà embarqués dans un projet ambitieux qui ne nous lâche pas en route. Fermement appuyé sur des plans rigoureux, soignés, une caméra toujours au bon endroit, un hors-champs évocateur et précis, Hassen Ferhani compte sur le cinéma pour nous immerger dans ce théâtre de vie et de mort que sont les abattoirs d'Alger. Seulement dans ce huis-clos, pas de spectacle de la cruauté, pas de décryptage des mécanismes du travail de la viande, pas de propos sur la souffrance animale. Ce qui intéresse le cinéaste ce sont les gens, ceux qui travaillent ou habitent les lieux, leur présence charnelle, leurs visages, ravinés, ou bien jeunes et lumineux. Figures chaque fois singulières, ils sont filmés dans leurs moments de pause, dans les interstices de leur quotidien prosaïque. Devant la caméra attentive, patiente d'Hassen Ferhani, chacun existe dans sa complexité, sa fragilité, son innocence. Les bêtes trépassent et les hommes parlent d'amour ou de Dieu, de métaphysique ou de religion, exprime ce qui le meut, son intimité singulière. Aussi brisés par la vie, pauvres, démunis quʼils soient, leurs paroles distillent une poésie profonde, presque philosophique. Ils sont pertinents, drôles, décalés, héros d'un quotidien difficile, avec si peu de perspectives. Ils nous en disent tant sur l'Algérie d'aujourd'hui, ses espoirs contrariés, ses conflits de générations, ses blocages. 

Et en dernier ressort nous retournons au cinéma, à l'artifice illusoire de toute immersion dans le réel, avec cette ultime discussion sur le titre du film entre le réalisateur et l'un des personnages. La boucle est bouclée avec une maîtrise réjouissante.

Marion Lary

 - 

Cinéaste


Publié le mercredi 11 octobre 2017
Mis à jour le mercredi 11 octobre 2017

Paroles de cinéastes

Dans ma tête un rond point

Un film de Hassen Ferhani

Notice: Undefined index: show-sortie in /home/lacid/www.lacid.org/application/front/tpl/bloc/bloc-film.tpl on line 31
A PROPOS DU FILM

Recherche