Bovines

Un film de Emmanuel Gras

Bovines

Un film de Emmanuel Gras

France - 2011 - 62 min

Dans les champs, on les voit, étendues dans l’herbe ou broutant paisiblement. Grosses bêtes placides que l’on croit connaître parce que ce sont des animaux d’élevage. Lions, gorilles, ours ont toute notre attention, mais a-t-on jamais vraiment regardé des vaches. S’est-on demandé ce qu’elles faisaient de leurs journées ? Que font-elles quand un orage passe ? Lorsque le soleil revient ? A quoi pensent-elles lorsqu’elles se tiennent immobiles, semblant contempler le vide ? Mais, au fait, pensent-elles ? Au rythme de l’animal, au milieu d’un troupeau, Bovines raconte la vie des vaches, la vraie.

The true life of a cow: grazing, ruminating, gazing - but also feeling - mooing with grief, or simply enjoying an apple...

Sorti le 22 février 2012

Bovines rejoint le dispositif Ecole et Cinéma !

Le film BOVINES d'Emmanuel Gras, soutenu par l'ACID en 2011, rejoint le dispositif Ecole et Cinéma - sélection Transmettre le Cinéma 2017/2018 !


A Oust en Ariège, une classe de CP/CE1 a déjà partagé les réactions poétiques de ses spectateurs en herbe, dont Justine qui nous dit : « J'ai aimé quand les vaches broutaient », et Fabien : « C'était rigolo quand le veau sortait du ventre de sa maman ».

> Retrouvez ici un florilège de critiques des petits spectateurs.

Emmanuel Gras

 - 

Cinéaste


Actualité

À propos de Bovines

On a le sentiment de retourner à l'origine. Une terre, vierge, que l'homme n'a pas encore recouverte de parkings et de ronds-points. D'immenses herbivores règnent en maîtres paisibles sur ces étendues vertes luxuriantes. Il faut les voir se déplacer. Des brontosaures. Et ça broute. Ça broute, ça broie, ça malaxe. La violence n'existe pas. Herbivores pacifiques, ces êtres n'ont aucun instinct meurtrier. C'est le meilleur des mondes. Et c'est magnifiquement filmé, comme par un maître flamand. On découvre pour la première fois ces incroyables créatures. On les avait vaguement aperçues sur des cartes postales, ou, en passant, en train. Cela n'avait rien à voir. Il pleut. C'est la nuit. Elles dorment, nous dormons. Nous sommes ces vaches. Et on se lèche, et on broute, encore et encore. Et on s'aime. Nous sommes des vaches. De temps à autre, de petits bipèdes viennent nous asticoter, nous poussant à l'aide de bâtons, nous criant après avec leurs minuscules bouches. Un jour sombre, ils capturent l'une d'entre nous et l'enferment dans une boîte en métal. Ils enlèvent notre soeur, notre amie la plus chère. Elle meugle, paniquée et nous meuglons en retour. Viande. C'est écrit sur la boîte en métal qui s'éloigne en roulant. Nous poursuivons la boîte, mais ils s'en vont. Nous meuglons. Nous sommes très inquiètes. Nous ne comprenons pas du tout. Bovines est un film paisible, burlesque et beau. Avec des protagonistes expressifs et émouvants qui n'ont pas fait le cours Florent. C'est un film métaphysique. Une réflexion sur l'humanité et la nature. Un sac plastique qui vole au-dessus des fleurs devient un Alien. Corps étranger, méduse de mauvais augure, s'introduisant par effraction au paradis. Un veau a peur et nous le comprenons. Nous vivons en harmonie avec la nature. Nous croquons des pommes. Nous sommes Adam et Eve. Nous sommes des vaches.

David Dusa

 - 

Cinéaste


Olivier Babinet

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes

À propos de Bovines

La vie des vaches est racontée en vignettes, entrées et sorties du cadre étonnantes, surprenantes , même drôles. Des apparitions inattendues, telle cette poche en plastique qui fait irruption dans le pré : mais quel est donc cette objet ? Puis balade autour d'un pommier ou des langues langoureuses s'étirent en hauteur pour attraper les fruits avec délectation... Museaux, queues, sabots, oreilles, pelage... le veau, goulu, tête les quatre tétines de sa mère... le lait de la tendresse bovine... Brouter l'herbe, mastiquer, ruminer... Sieste collective, léchouilles entre bêtes, dégourdissement des muscles... On sent nos membres se décontracter, un petit temps de relaxation ...

Les studios Disney, auraient tiré une fable bien plus commerciale de cette affaire de vaches, qui aurait sans aucun doute gâché la beauté de la contemplation, le calme, la force tranquille ... Le grand atout du film est de s'en être tenu au fondamental. C'est le spectateur qui laboure ses émotions, qui laisse parler son imaginaire vers des choses minimes, et la réflexion arrive comme toujours, après le film, et de façon ouverte. Nous sommes bel et bien devant une œuvre décalée, qui mérite une attention spéciale, un regard chaleureux, Surtout pour les citadins, les enfants et les grands, qui ont su garder une certaine fraicheur dans leur poches... Mieux que Bambi je vous dit.

Susana Martinez


Paroles de programmateurs

9 films ACID dans le Mois du Film Documentaire 2019

Le Mois du Film Documentaire, coordonné par Images en Bibliothèques, comprend cette année une très belle sélection, dont neuf films ACID :


   • Belinda de Marie Dumora

   • Bovines - ou la vraie vie des vaches de Emmanuel Gras

   • Cassandro the Exotico! de Marie Losier

   • Dans ma tête un rond-point de Hassen Ferhani

   • Des hommes de Jean-Robert Viallet & Alice Odiot 

   • M de Yolande Zauberman

   • Of Men and War [Des hommes et de la guerre] de Laurent Bécue-Renard

   • Quelle Folie de Diego Governatori

   • Kongo de Hadrien La Vapeur & Corto Vaclav


> Evénements, avant-premières et rencontres sur leur site

Actualité
soutien

Recherche