À propos du Temps des grâces

Pascale
Bodet

Cinéaste

Dans la peinture de la Renaissance, les grands personnages – doges, rois, chevaliers – posent devant une ouverture sur l'extérieur qui célèbre une action ayant fait leur gloire. Dans le film de Dominique Marchais, les acteurs du monde agricole – agriculteurs, microbiologistes, intellectuels, institutionnels – posent devant le paysage qui fait leur gloire : Beauce, bibliothèque, bureau, plateau de Millevaches. Paysans ou pas, ils posent devant le paysage où ils opèrent, non avec leurs mains, mais avec leur pensée. On ne voit ni l'éleveur nourrir ses bovins, ni le céréalier planter ses semis. De la période pré-industrielle à aujourd'hui, les connaissances pratiques, techniques, économiques, philosophiques, s'enchevêtrent. La pensée a ses embardées, elle est une euphorie. La terre est morte. L'auto-génération de la terre est un phénomène plus complexe que son exploitation intensive. La vie est un phénomène plus complexe que la mort. Un système simple n'intègre qu'une variable. Un système complexe en intègre plusieurs. Les films « prise de conscience de l'état de la planète » sont souvent des films accablants – criant grâce, portant le coup de grâce. Le Temps des grâces, film interrogatif au titre enterré, est un documentaire sur l'état des terres et du paysage agricoles en France. Le Temps des grâces – rappel d'un âge d'or où l'homme et la nature étaient en harmonie – le sous-tend comme une question. S'il permet de décrypter la campagne (qu'est-ce qu'un bocage, une forêt de résineux, un chemin creux, un grenier à blé, de la tourbe…), le film nous renvoie, avec une grande économie visuelle, à notre imaginaire rural. Pendant un plan de vaches dans la brume, référence explicite à L'Arcadie de Poussin, on se rend compte que cet imaginaire date du passé. Les campagnes aujourd'hui, ce sont des abords de routes, d'autoroutes ou d'aéroports, avec poteaux électriques et lotissements pavillonnaires. Qu'évoquent-elles, sinon quelques films de Godard, qui n'a jamais tellement glorifié l'harmonie entre l'homme et la nature, leur préférant les dieux ? La campagne française est à repeupler, mais c'est avant tout d'un nouvel imaginaire agropastoral.

Pascale Bodet

 - 

Cinéaste


Publié le lundi 11 septembre 2017
Mis à jour le lundi 13 novembre 2017

Paroles de cinéastes

Le Temps des grâces

Un film de Dominique Marchais

Notice: Undefined index: show-sortie in /home/lacid/www.lacid.org/application/front/tpl/bloc/bloc-film.tpl on line 31
A PROPOS DU FILM

Recherche