Quelques mots d'amour - News II, 11

Le 18 mars 2021

ANNIVERSAIRE DOUX-AMER / UN AN DE NEWSLETTERS


Chères toutes, chers tous,


Est-ce que la vraie vie va finir par reprendre...? « Oui, puisque j'attends » répondrait Barthes (c'était en tout cas sa réponse à la question « Suis-je amoureux ? »).


Plutôt que de nous morfondre, faisons de ce premier anniversaire de la fermeture des salles obscures l'occasion de rendre hommage à ses amoureux ; et soufflons également la première - et espérons-le, la seule - bougie de ces newsletters d'idées VOD lancées voilà un an afin de maintenir le lien avec vous.


Bien que les autorités sanitaires affichent de plus en plus leur solidarité vers la culture, et leur incompréhension des mesures appliquées, attendre, c'est bien ce que font professionnels de la culture et spectateurs depuis des mois... et ce que l'ACID et le GNCR, avec le concours des distributeurs, ont décidé de transformer en déclaration d'amour le week-end dernier : une action coordonnée avec 20 cinémas à travers toute la France (pétition ici) a permis d'ouvrir les salles pour quelques projections. Ainsi dans notre continuel présent imposé par la fermeture des salles, nous accompagnent les mots que Barthes prête à l'amoureux : « Je n'ai aucun espoir, mais tout de même... Je continue. »


L'équipe et les cinéastes de l'ACID


DES IDEES DE FILMS ACID EN VOD
IN THE MOOD FOR LOVE

L'AMOUR À LA MER de Guy Gilles


Lors de ses vacances à Brest, une jeune parisienne tombe amoureuse d'un marin. Mais l'automne arrive et les deux amants doivent se séparer. Ils s'écrivent, chacun vivant sa vie, lui à Brest avec ses copains, elle à Paris dans l'attente de le revoir. Leur amour résistera-t-il à la distance ?


> Sélectionné à l'ACID Cannes 2005 - A voir sur UniversCiné


« Pourquoi amener à Cannes, temple de l'actualité, le film d'un cinéaste mort tourné en 1962 quand tant de films restent à la porte ? Eh bien parce qu'il faut rafraîchir la mémoire, parce qu'un film ne se regarde pas juste une semaine, parce que l'amour pour un film est la seule raison qui vaille ? mais surtout parce que L'AMOUR A LA MER nous rappelle qu'on peut être léger et dire beaucoup de choses sur une époque. »

Marie Vermillard à propos du film de Guy Gilles

***


LES AMOUREUX de Catherine Corsini


Après des années d'absence passées à faire les quatre cents coups et à brûler sa vie par les deux bouts, Vivianne est de retour à Monthermé, la petite ville des Ardennes où vivent ses parents et son demi-frère cadet, Marc. Au contact de cette aînée que cette longue absence a sublimée, ce lycéen de quinze ans va faire le rude apprentissage de l'indépendance et découvrir comment s'assumer...


> Soutenu par l'ACID à sa sortie en 1994 - A voir sur Canal + VOD


UN PEU DE LECTURE...


« Qu'est ce qu'un mélodrame ? Un récit où les protagonistes suivent une ligne de désir qui n'appartient qu'à eux, qu'ils ne peuvent - ne veulent - partager avec personne : un parcours fatal qui les conduit logiquement à entrer en opposition radicale avec le monde qui les entoure, qui les enferme dans un univers opaque, jusqu'à la catastrophe inévitable finale. C'est ce pari, le plus difficile qui soit, que réussit Jeanne Labrune avec SI JE T'AIME, PRENDS GARDE A TOI.


Mais le film ne se contente pas de reprendre les règles d'un genre qui a traversé l'histoire du cinéma. Il opère avec une singularité qui en bouscule les codes et qui donne une vraie actualité à son sujet. En particulier grâce à la composition extrêmement précise du personnage joué par Nathalie Baye. Emportée sur la pente fatidique de sa relation avec un homme étranger à son entourage habituel, cette femme fait preuve, dans le même temps, d'une force qui dérègle les mécanismes conventionnels de passion amoureuse : abandon de soi, soumission, perte des repères (« On sait qu'on est amoureux », disait à peu près Truffaut « quand on se met à agir contre ses intérêts »)...

SI JE T'AIME... n'est pas exempt de ces éléments dramatiques, ils sont même distillés dans le film avec à-propos, mais ils sont incarnés dans un personnage de femme qui ne cède jamais sur elle-même, qui se perd sans se départir de son être de femme intégrée socialement et intellectuellement à son époque. Ce réalisme du personnage, pris dans la tourmente de la passion, donne au film une étrangeté tout à fait nouvelle dans ce type de récit. Sous ses apparences classique, SI JE T'AIME... est habité d'une intense modernité. »


Le cinéaste de l'ACID Serge Le Péron 

à propos de SI JE T'AIME PRENDS GARDE A TOI, de Jeanne Labrune (1997)

 

> Pour lire la suite du texte <

> Pour voir le film en VOD <


DE MUSIQUE...

Qu'est-ce que t'es belle - Catherine Ringer & Marc Lavoine

Entendu dans LES APPRENTIS de Pierre Salvadori


EN SALLE... UN JOUR


VITALINA VARELA de Pedro Costa


           


Vitalina Varela, une Cap-Verdienne de 55 ans, arrive à Lisbonne trois jours après les obsèques de son mari. Elle a attendu son billet d'avion pendant plus de 25 ans.

Léopard d'or du meilleur film et Prix de la meilleure actrice au festival de Locarno


Critique de Jacques Rancière dans la revue Trafic (Automne 2020) :

« Le regard et la parole de Vitalina redistribuent le jeu : il n'y a pas les hommes travailleurs et le capitalisme qui les exploite. Il n'y a là qu'un seul et même monde : le monde des hommes - des mâles - qui consentent à l'exploitation capitaliste si elle leur permet de confirmer leur privilège sur des femmes laissées au loin, dans un inframonde domestique avec le soin de la terre, de la maison et des enfants. »


A sortir chez Survivance




...& QUELQUES (BONNES) NOUVELLES POUR FINIR


Prix & paillettes... : César 2021 du meilleur Film documentaire pour ADOLESCENTES de Sébastien Lifshitz, cinéaste accompagné par l'ACID en 1998 pour LES CORPS OUVERTS et en 2001 pour LA TRAVERSÉE

Du côté Oscars, félicitations à Kaouther Ben Hania (programmée à l'ACID Cannes en 2014 pour LE CHALLAT DE TUNIS), en lice pour le meilleur film étranger avec L'HOMME QUI A VENDU SA PEAU.


Vendredi 19 mars à 20h30 : l'ACID interviendra lors d'une table ronde Cinéma du réel sur la plateforme CANALRÉEL sur le thème "La Sécurité globale et nous" - dans le cadre de la programmation Front(s) populaire(s). Evènement gratuit sur inscription.


Jeudi 25 mars à 20h : une projection-débat de DANS LA TERRIBLE JUNGLE (réalisé par Caroline Capelle et Ombline Ley) est organisé en ligne. Évènement gratuit, avec une version sous-titrée et en audiodescription.


• Le film SOIGNER A TOUT PRIX réalisé par Ilan Klipper est visible sur Arte.fr. Ce documentaire donne à voir les toutes premières heures de la crise du Covid en mars 2020, à l'hôpital Bichat à Paris.

Toujours sur Arte, CE VIEUX RÊVE QUI BOUGE réalisé par Alain Guiraudie (prix Jean Vigo 2001) offre un avant-goût de l'été : une usine sur le déclin, une brise qui s'éternise, et une touche de trouble... ☘️

***

 

Merci !... Aux plus de 5000 personnes et structures ayant signé le manifeste des 20. Coordonnées par l'ACID et le GNCR, ces projections "test" ont rassemblé les 12, 13 et 14 mars des cinéphiles de toute la France pour des séances joyeuses et à jauges pleines (dans le respect des mesures sanitaires).

→ Merci également aux distributeurs ayant confié leurs films pour cette action.

→ La tribune est à retrouver sur Libération et la pétition pour rouvrir les salles de cinéma sur Change.org.

Publié le mardi 23 mars 2021

Article

Recherche

Gestion des cookies

En poursuivant sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies, qui servent à vous proposer une meilleure expérience de navigation (vidéos, photos, cartes interactives).

Tout refuser