La Vie au Ranch

Un film de Sophie Letourneur

La Vie au Ranch

Un film de Sophie Letourneur

France - 2010 - 90 min

Pam a 20 ans. Sa bande de copines se retrouve toujours sur le canapé du Ranch, l'appart' qu'elle partage avec Manon. Discuter, boire, fumer, danser : c'est de leur âge, mais arrive le moment où l'on a besoin de s'échapper du groupe pour tracer son chemin.


Pam is twenty years old. Her group of girlfriends always finds itself on the couch of the Ranch, the flat she's sharing with Manon. Occupations of their age: talking, drinking, smoking, dancing, but it's probably alone that Pam will grow up.

Avec :
Sarah-Jane Sauvegrain , Eulalie Juster , Mahault Mollaret , Rafael Wallon et Raphaël Haberberg

Sorti le 13 octobre 2010

À propos de La Vie au Ranch

La Vie au Ranch est une partition de musique, musique pour orchestre, dont la maîtrise nous oblige à écouter au-delà des quatre phrases du violon isolé au milieu de l'ensemble. C'est ainsi qu'il faudrait regarder ce film. C'est une invitation à se positionner en tant que spectateur, une invitation à regarder et écouter autrement : c'est un geste de cinéaste, qui n'a pas d'égal pour l'originalité de sa recherche. Le Ranch est un appartement parisien rempli par la cacophonie incessante d'une bande de copines de 20 ans. Première partie. Le trop plein acoustique semble quelque part cacher un vide identitaire : cette ouverture est tragique et monstrueuse. Deuxième partie : le Ranch déménage pour les vacances ; à la campagne les copines sont en apnée, plus un son, plus un mot : silenzio. On regarde sous verre le groupe se briser en morceaux. La partition se clôture par un aria, une voix seule comme le chant d'un oiseau dans une chambre d'étudiante à Berlin : c'est la découverte de soi-même. Ainsi Sophie Letourneur atterrit sur une plage libre, où il n'y avait personne avant elle, son cinéma ne tient qu'à elle-même.

Chiara Malta

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes

À propos de La Vie au Ranch

Le film regarde longuement ce qui ne nous est pas demandé de regarder. Quelque chose, de votre regard, qui dérange l'ordre établi, fusse-t-il bourgeois. Il y a une fascination pour la durée laquelle démasque ce qui se joue derrière les apparences, derrière ce regard de surface. De ce point de vue, lorsque l'échappée belle du groupe survient, nous restons sans mot. La surface des visages s'assombrit. L'immobilité se dépose. Quelque chose d'irréversible pointe. Notre regard dérouté change de localisation et nous nous demandons ce qui va advenir de cette énergie bouleversante qui irradiait jusque-là.

Luc Verdier

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes

À propos de La Vie au Ranch

Au cinéma comme ailleurs, le discours est avant tout propriété masculine ; et dès lors que le féminin se l'approprie, il convient qu'il soit sérieux, militant, totalement dénué d'humour, bref, qu'il serve à quelque chose. Or, la parole des Pam, Lola, Manon et consort, ne sert à rien sinon à servir la sainte trinité tchatche-clopes-picole. Comble de La consternation, ces jeunes et somptueuses greluches n'évoluent pas dans un cadre socioculturel sinistré (cadre qui justifierait alors leur verbiage comme l'expression de ce fameux « mal-être-de-notre-jeunesse » qui plonge la France entière dans une sourde terreur) mais s'ébrouent joyeusement rive gauche de la capitale. Capté par l'étonnante mise en scène de Sophie Letourneur (en mode « incursion dans mêlée de rugby »), ces débriefings pré et post beuveries ne sont rien moins que l'expression d'une intelligence et d'un bagout pas croyables. Versant français et féminin de Supergrave (LE plus grand film américain sur la jouissance de la parole), La Vie au Ranch aura fatalement sa cohorte de détracteurs… Mais surtout ses plus ardents défenseurs. Des bastons les opposant pourraient avoir lieu à la fin des séances… Des bastons à la sortie des salles art et essai… Depuis le temps qu'on en rêvait…

Séverine Rocaboy

 - 

Programmatrice


Les Toiles Saint-Gratien
Paroles de programmateurs

Is there anybody out there? - News #1

Comme nous vous l'indiquions ici, nous partagerons avec vous chaque jeudi quelques recommandations en période de confinement : films ACID, textes de cinéastes, bandes-originales sélectionnées parmi notre catalogue, mais aussi de jolies initiatives cinéphiles glanées ça et là…

LES PROPOSITIONS VOD DE LA SEMAINE

GAZ DE FRANCE de Benoît Forgeard

Dans la France des années 2020, Michel Battement, l'éminence grise du chef de l'État, doit d'urgence remonter la cote de popularité du président Bird afin d'empêcher la chute imminente du régime. Au fin fond des sous-sols surchargés de l'Elysée, il organise une consultation secrète, en compagnie des meilleurs cerveaux du pays.


Soutenu par l'ACID en 2016 -À regarder en VOD ici

LA VIE AU RANCH de Sophie Letourneur


Pam a 20 ans. Sa bande de copines se retrouve toujours sur le canapé du Ranch, l'appart' qu'elle partage avec Manon. Discuter, boire, fumer, danser : c'est de leur âge, mais arrive le moment où l'on a besoin de s'échapper du groupe pour tracer son chemin.


Programmé à l'ACID Cannes 2010 puis soutenu à sa sortie - À regarder en VOD ici



UN PEU DE LECTURE...


« Être jeune, vivre dans un coin reculé de la campagne française. Avoir le temps, l'espace, se poser mille questions, observer comment les hommes vivent et puis se raconter des histoires d'hommes, de rapports de force, d'amour comme dans les films, les grands films classiques, qui sont notre mythologie de ce début de 21ème siècle. Partir de tout ça et laisser jaillir son imaginaire, prendre le risque d'une liberté vagabonde, s'intéresser à l'autre (parce qu'on fond seul l'autre nous permet de savoir qu'on existe). Surtout ne pas oublier de rire, très fort et prouver ainsi qu'on aime très fort. A l'arrivée un film : Pas de repos pour les braves. Alain Guiraudie y met en scène brillamment la grâce des dérisoires pratiques humaines. [...] »


Marie Vermillard à propos de PAS DE REPOS POUR LES BRAVES d'Alain Guiraudie

> L'intégralité du texte ici <



...ET DE LA MUSIQUE

Morceau entendu dans RÊVES DE JEUNESSE d'Alain Raoust


ET POUR FINIR, LE PLEIN D'AUTRES PROPOSITIONS CINÉPHILES


  • THE BALLAD OF GENESIS AND LADY JAYE de Marie Losier est en accès libre ici.
    La réalisatrice y retrace l'histoire de l'artiste Genesis P-Orridge et de sa femme et partenaire artistique Lady Jaye, qui par amour décidèrent de se fondre en une seule entité.

    L'ACID avait programmé à Cannes 2018 puis soutenu à sa sortie le très beau CASSANDRO THE EXOTICO, un autre portrait sensible et beau d'un personnage hors norme.

  • Le cinéaste Clément Schneider partage un film en accès libre tous les trois jours, et commence par CARNET DE BAL. « Vous vous souvenez de cette époque reculée où vous pouviez organiser des fêtes ? La foule, les bières, danser à moins d'un mètre les uns des autres ? Non ? De quoi vous rafraichir la mémoire... ».

    > Regardez le film ici / Mot de passe provisoire : carnet. Et retrouvez les prochains en ligne sur la page Facebook des Films d'Argile.
 
  • La Cinémathèque de Toulouse propose chaque jour un conseil de podcast, un film, ou la captation vidéo de l'une de leurs rencontres filmées, afin de "garder le contact et l'esprit ouvert".

  • Les Ecrans de Paris ont lancé un cinéclub en ligne via un essai gratuit sur Mubi : programmation garantie 100% indépendante, à voir ou à revoir (MISS OYU de Mizoguchi, SELFIE de Agostino Ferrente...).

  • Puisqu'il est désormais impossible d'embrasser qui nous voulons, la Cinémathèque française partage sur sa page Facebook un baiser de cinéma par jour.

  • Et parce qu'il faut parfois aussi parler des gens qui font le cinéma pour continuer à parler de cinéma: Le Monde consacre un article aux dilemmes des distributeurs et aux solutions envisagées pour pallier à la fermeture des salles pour au moins 1 mois. A lire ici.

Finalement, on n'est pas bien en confinement ?

(Photo tirée de L'AMOUR DEBOUT, Michaël Dacheux - ACID Cannes 2018)


Chaque jeudi en ce temps de confinement, recevez dans votre boîte aux lettres les nouvelles propositions de l'ACID !


Si vous n'êtes pas encore abonné(e) à nos newsletters ; écrivez-nous à mediation@lacid.org et communication@lacid.org pour les recevoir

Article

Recherche