Pas de repos pour les braves

Un film de Alain Guiraudie

Pas de repos pour les braves

Un film de Alain Guiraudie

France, Autriche - 2003 - 107 min

D'abord, il y a Basile Martin, un jeune gars qui a rêvé de Faftao-Laoupo, le symbole de l'avant dernier sommeil… Maintenant, Basile sait que s'il dort encore, il va mourir et le problème, c'est qu'à son âge, on aimerait bien avoir toute la vie devant soi. Ensuite, il y a Igor, un autre jeune gars qui travaille un peu et fait vaguement des études… Mais il n'a pas d'argent et il s'ennuie. Alors l'histoire de Basile, même s'il n'y comprend pas grand-chose l'intéresse diablement. Enfin, il y a Jhonny Got. Un peu journalise bénévole, un peu détective et pas mal voyou, il s'intéresse beaucoup aux histoires qui ne le regardent pas… Et celle de Basile le passionne...

Avec :
Thomas Suire , Laurent Soffiati et Thomas Blanchard

Sorti le 11 décembre 2003

À propos de Pas de repos pour les braves

« Tu t'y connais toi »


Etre jeune, vivre dans un coin reculé de la campagne française. Avoir le temps, l'espace, se poser mille questions, observer comment les hommes vivent et puis se raconter des histoires d'hommes, de rapports de force, d'amour comme dans les films, les grands films classiques, qui sont notre mythologie de ce début de 21ème siècle. Partir de tout ça et laisser jaillir son imaginaire, prendre le risque d'une liberté vagabonde, s'intéresser à l'autre (parce qu'on fond seul l'autre nous permet de savoir qu'on existe). Surtout ne pas oublier de rire, très fort et prouver ainsi qu'on aime très fort. A l'arrivée un film : Pas de repos pour les braves Alain Guiraudie y met en scène brillamment la grâce des dérisoires pratiques humaines. Le ton change au fil des séquences : drôle, autour d'une table de bistrot, à l'heure de l'apéro, dans un village où l'ennui et les ennuis sont le quotidien ; émouvant, quand, avec une énorme pudeur, il décrit le rapport de ce jeune homme et de ce vieil homme ; déjanté… Il faut de l'amour, de l'humour et un imaginaire fort pour révéler toute la poésie des rites de vie, des phrases toutes faites, tout ce qui tente de remplir les vides, les attentes, les questionnements. Ces temps d'errance font une grande part de l'existence dans ce lieu loin, si loin du bruit et de la fureur qu'on est obligé de s'inventer des gangsters et des poursuites. Ça déborde d'une poésie pas cul cul la praline mais irrationnelle, drôle, insolente, folle, une poésie qui réhabilite le langage, l'imagerie populaire. Guiraudie dessine les figures de ce monde campagnard mal ou peu regardé et crée des représentations douces amères ne se référant à rien de connu. Ce que j'adore au cinéma, c'est bien la subjectivité d'un regard, une façon libre et étonnante de voir les choses débarrassées de toutes les fausses contraintes d'un récit trop construit. Là on s'intéresse à chaque moment parce qu'il est dense et sensible puis on passe à un autre, comme dans la vie ou dans les rêveries. De ce mélange étrange, unique, inattendu de Pas de repos pour les braves je suis sortie euphorique, heureuse d'avoir beaucoup ri à cet humour ne ressemblant à aucun autre mais aussi troublée d'avoir vu un vrai film existentiel. L'audace du monologue final nous rappelle avant qu'on se quitte toutes les contradictions de notre condition humaine, les phrases nous parviennent d'un sujet lointain, autre nous-même, perdu dans la nature : insecte pensant, balbutiant, cherchant dans l'immensité de l'espace, représentation de notre état d'homme.

Marie Vermillard

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes

Is there anybody out there? - News #1

Comme nous vous l'indiquions ici, nous partagerons avec vous chaque jeudi quelques recommandations en période de confinement : films ACID, textes de cinéastes, bandes-originales sélectionnées parmi notre catalogue, mais aussi de jolies initiatives cinéphiles glanées ça et là…

LES PROPOSITIONS VOD DE LA SEMAINE

GAZ DE FRANCE de Benoît Forgeard

Dans la France des années 2020, Michel Battement, l'éminence grise du chef de l'État, doit d'urgence remonter la cote de popularité du président Bird afin d'empêcher la chute imminente du régime. Au fin fond des sous-sols surchargés de l'Elysée, il organise une consultation secrète, en compagnie des meilleurs cerveaux du pays.


Soutenu par l'ACID en 2016 -À regarder en VOD ici

LA VIE AU RANCH de Sophie Letourneur


Pam a 20 ans. Sa bande de copines se retrouve toujours sur le canapé du Ranch, l'appart' qu'elle partage avec Manon. Discuter, boire, fumer, danser : c'est de leur âge, mais arrive le moment où l'on a besoin de s'échapper du groupe pour tracer son chemin.


Programmé à l'ACID Cannes 2010 puis soutenu à sa sortie - À regarder en VOD ici



UN PEU DE LECTURE...


« Être jeune, vivre dans un coin reculé de la campagne française. Avoir le temps, l'espace, se poser mille questions, observer comment les hommes vivent et puis se raconter des histoires d'hommes, de rapports de force, d'amour comme dans les films, les grands films classiques, qui sont notre mythologie de ce début de 21ème siècle. Partir de tout ça et laisser jaillir son imaginaire, prendre le risque d'une liberté vagabonde, s'intéresser à l'autre (parce qu'on fond seul l'autre nous permet de savoir qu'on existe). Surtout ne pas oublier de rire, très fort et prouver ainsi qu'on aime très fort. A l'arrivée un film : Pas de repos pour les braves. Alain Guiraudie y met en scène brillamment la grâce des dérisoires pratiques humaines. [...] »


Marie Vermillard à propos de PAS DE REPOS POUR LES BRAVES d'Alain Guiraudie

> L'intégralité du texte ici <



...ET DE LA MUSIQUE

Morceau entendu dans RÊVES DE JEUNESSE d'Alain Raoust


ET POUR FINIR, LE PLEIN D'AUTRES PROPOSITIONS CINÉPHILES


  • THE BALLAD OF GENESIS AND LADY JAYE de Marie Losier est en accès libre ici.
    La réalisatrice y retrace l'histoire de l'artiste Genesis P-Orridge et de sa femme et partenaire artistique Lady Jaye, qui par amour décidèrent de se fondre en une seule entité.

    L'ACID avait programmé à Cannes 2018 puis soutenu à sa sortie le très beau CASSANDRO THE EXOTICO, un autre portrait sensible et beau d'un personnage hors norme.

  • Le cinéaste Clément Schneider partage un film en accès libre tous les trois jours, et commence par CARNET DE BAL. « Vous vous souvenez de cette époque reculée où vous pouviez organiser des fêtes ? La foule, les bières, danser à moins d'un mètre les uns des autres ? Non ? De quoi vous rafraichir la mémoire... ».

    > Regardez le film ici / Mot de passe provisoire : carnet. Et retrouvez les prochains en ligne sur la page Facebook des Films d'Argile.
 
  • La Cinémathèque de Toulouse propose chaque jour un conseil de podcast, un film, ou la captation vidéo de l'une de leurs rencontres filmées, afin de "garder le contact et l'esprit ouvert".

  • Les Ecrans de Paris ont lancé un cinéclub en ligne via un essai gratuit sur Mubi : programmation garantie 100% indépendante, à voir ou à revoir (MISS OYU de Mizoguchi, SELFIE de Agostino Ferrente...).

  • Puisqu'il est désormais impossible d'embrasser qui nous voulons, la Cinémathèque française partage sur sa page Facebook un baiser de cinéma par jour.

  • Et parce qu'il faut parfois aussi parler des gens qui font le cinéma pour continuer à parler de cinéma: Le Monde consacre un article aux dilemmes des distributeurs et aux solutions envisagées pour pallier à la fermeture des salles pour au moins 1 mois. A lire ici.

Finalement, on n'est pas bien en confinement ?

(Photo tirée de L'AMOUR DEBOUT, Michaël Dacheux - ACID Cannes 2018)


Chaque jeudi en ce temps de confinement, recevez dans votre boîte aux lettres les nouvelles propositions de l'ACID !


Si vous n'êtes pas encore abonné(e) à nos newsletters ; écrivez-nous à mediation@lacid.org et communication@lacid.org pour les recevoir

Article

Recherche