LE CINÉMA GUÉRILLA - CRÉER SANS PISTONS NI MOYENS

Djinn
Carrénard

Cinéaste

Pourquoi faire un film sans argent ? A chaque fois qu'on me pose cette question je donne une réponse différente, mais elles sont toutes vraies : parce que je m'étais promis mon premier long métrage pour mes 30 ans, parce que je voulais tourner librement sans prétention, parce que je suis accro aux success story des gens qui transforment leurs rêves en réalité sans un rond...

J'ai réuni des comédiens, et j'ai essayé de leur vendre le moins de rêve possible : on va faire un film sans fric, on n'est personne et on ne connaît personne dans ce métier, il ne faut pas espérer plus de ce projet qu'une projection dans un cinéma avec tous nos potes... On est d'accord ? On y va alors. Pour faire le film sans fric, j'ai mis sur pied une stratégie qui pouvait se résumer ainsi : quand on a besoin de quelque chose pour le tournage, on se le fait prêter, sinon on s'en passe, c'est simple. Du troc donc, des prêts ou des dons, autant de partenaires qui ont fait le choix avec nous de réinventer l'économie de marché et de croire en notre utopie. 

Je me suis dit que cette épopée pouvait être passionnante, je voulais que des internautes puissent nous suivre depuis le lancement désargenté de cette aventure jusqu'à son succès hypothétique. Nous avons donc réuni une communauté Web, à qui on envoyait des vidéos expliquant le projet, présentant les participants, expliquant notre objectif. Et puis les mois passaient, le tournage suivait son cours, et l'attente du public se faisait de plus en plus palpable : “on le voit quand ce fameux film” ? 

J'ai monté Donoma presque sans m'arrêter pendant trois semaines d'affilée, la projection était à 9h30, le montage était bouclé à peine quelques heures avant, et c'est donc l'ordinateur lui-même qui a été branché au projecteur du cinéma. Une centaine de personnes avait fait le déplacement pour voir le film dont on leur rebattait les oreilles depuis des mois, je le découvrais en même temps qu'eux. L'enthousiasme était là. La plupart des gens étaient venus voir le défi que s'était lancé à lui-même un réalisateur fou, et ils ressortaient surpris d'avoir découvert un “vrai film”. 

Je l'ai envoyé à tous les festivals que je connaissais en France (Cannes, Angers, Belfort, etc.). Je n'ai pas tardé à avoir une réponse de l'ACID. Ils avaient adoré le film, ils l'emmenaient à Cannes, l'aventure continuait. Et puis petit à petit, avec l'ACID, dans le reste du monde, les invitations se sont mises à fuser : Montréal, Athènes, Pusan (Corée), Ouagadougou, Londres, Alger, Budapest. Aujourd'hui Donoma sort en salles, nous allons parcourir la France accompagnés d'une exposition, pour transmettre aux spectateurs, lycéens, collégiens, étudiants ou curieux, la science de la débrouille accumulée dans cette aventure.

Djinn Carrénard

 - 

Cinéaste


Publié le mercredi 13 septembre 2017
Mis à jour le mardi 23 janvier 2018

Article

Donoma

Un film de Djinn Carrénard

Notice: Undefined index: show-sortie in /home/lacid/www.lacid.org/application/front/tpl/bloc/bloc-film.tpl on line 31
A PROPOS DU FILM

Recherche