César « volés » par « petits » films embusqués

Marie
Vermillard

Cinéaste

Charles
Castella

Cinéaste

La qualité d'un film n'a rien à voir avec la taille de son budget ou l'importance de sa diffusion.


Il y a simplement de bons et de mauvais films de cinéma. ”L'esquive” et “Quand la mer monte” sont là pour le prouver. Il nous paraît étonnant d'assimiler des films indépendants à petit budget, au nombre de copies limitées, à des films intello-chiants ; de promouvoir l'idée qu'il existe deux cinémas : un créatif-mais-rébarbatif qui serait méprisant pour le public, l'autre généreux qui serait vu par des millions de spectateurs. C'est pourtant ce qu'ont voulu démontrer certains médias ces derniers jours. La désinformation est aussi grande qu'elle est dangereuse pour l'esprit.


Il est essentiel pour nous d'expliquer encore et encore que cette opposition est vaine, que le cinéma indépendant est composé d'une variété infinie qui va d'un cinéma qui rencontre le public et qui devient par là même populaire à un cinéma de recherche ou plus artistique qui ouvre des voies nouvelles et qui, de toute façon, est viable avec peu de spectateurs si on lui laisse de la place et du temps (“Tropical malady” Prix du Jury 2004 à Cannes ou “Les sucriers de Colleville”). “L'esquive” ou “Quand la mer monte” pourraient aussi rencontrer plus de spectateurs s'ils avaient une distribution adéquate, à la hauteur de leur potentiel public.


Le problème aujourd'hui est dû à ce refus de prendre en compte le cinéma dans toutes ses dimensions et à cette malheureuse habitude de pratiquer des oppositions manichéennes et indignes. Aussi les journalistes doivent-ils étudier la question de la production et de la distribution pour éviter d'être instrumentalisés et pour comprendre que le péril n'est pas qu'un cinéma intello-chiant nuise au cinéma « populaire », le vrai danger c'est que le public ne puisse pas juger sur pièces, qu'il ne puisse pas voir, s'il le désire, tout cet éventail de la création cinématographique.


Nous devons inciter les décideurs (télés, exploitants, distributeurs et producteurs…) à défendre cette diversité qui sera la seule garante d'une résistance à long terme d'un cinéma issu de différentes cultures, porteur de toutes les formes d'humour, de toutes les émotions, de toutes les philosophies, de tous les paysages, de toutes les langues. Plus les formes du cinéma seront variées, mieux chaque spectateur sera à même de choisir ce qui lui correspond, l'amuse, l'émeut, le différencie des autres, l'individualise. La disparition de la possibilité de choix par le spectateur doit être au coeur du débat. La suppression des marges, l'uniformisation ont toujours été à l'origine des totalitarismes, pourtant, comme le disait Godard, " la marge, c'est ce qui fait tenir ensemble les pages du cahier ! "


Faut-il à nouveau rappeler que le cinéma se compose des films hyper populaires de Chaplin, à ”Autant en emporte le vent”, “La Strada”, “L'Atalante” ou “les 400 coups” mais aussi de “La Règle du Jeu”, du  «Septième Sceau», de « Playtime »…


Faut-il à nouveau rappeler que le temps a des jugements autres que ceux de l'air du temps. L'histoire du cinéma est jalonnée de films ayant été des échecs à leurs sorties, de films qui ont eu besoin de temps pour rencontrer les spectateurs. N'oublions pas que lorsque les premiers tableaux de Cézanne furent montrés, le public se pressait alors pour aller voir ceux de l'académique Bouguereau parce que c'était "bien fait". La majorité n'avait donc pas forcément raison. Aujourd'hui, Cézanne est populaire et Bouguereau ? De nos jours, ceux qui opposent le cinéma dit « populaire » au cinéma dit « intellectuel », en arguant que c'est le nombre d'entrées qui a raison, ont bien sûr d'importants intérêts économiques à le faire, mais ils ne peuvent exiger que ceux qui décernent les prix se rangent derrière cet avis.


Aujourd'hui, les films, dans leur grande majorité, sont vendus avant même d'être fabriqués. Cela implique que leurs contenus sont influencés par les systèmes de diffusion, principalement par les impératifs d'audience de la télévision et par les objectifs des publicitaires dont les demandes sont particulièrement standardisées. Dans cette même logique, les spectateurs sont de plus en plus tenus à l'écart de ce qui se crée en dehors de ce système majoritaire.


La question est donc de savoir si, dans ce système, un cinéma indépendant, plus spontané, libre des contraintes de contenus imposés par les diffuseurs peut continuer à être transmis au public ?


La question est de savoir si la distribution de films comme “Quand la mer monte” et “L'esquive”, de films ne bénéficiant pas des mêmes effets d'annonce, non inscrits dans la communication, non-coproduits par les grandes chaînes hertziennes méritent d'être transmis au public ? Malgré la reconnaissance des César, certains répondent non à ces questions et semblent considérer que le public n'a pas besoin du cinéma comme art, comme fenêtre sur le monde. Pourtant, à l'écart du flux, du tout venant audiovisuel, des films de cinématographe continuent à exister, c'est-à-dire à être montrés et transmis grâce au travail passionné de certains producteurs, distributeurs et d'associations telles que l'ACID, mais pour combien de temps ? Certains voudraient voir dans l'attribution de ces César des cas de " discrimination positive ". Ces deux films ne mériteraient pas leurs récompenses parce qu'ils sont soi-disant confidentiels, marginaux. Qui donc alors aurait obligé les votants des César à les élire et plus de 500 000 personnes à les aimer ?


Mars 2005

Marie Vermillard

 - 

Cinéaste


Charles Castella

 - 

Cinéaste


Publié le mercredi 06 décembre 2017
Mis à jour le mercredi 06 décembre 2017

Archive

Recherche