Kiss & Cry

Un film de Chloé Mahieu et Lila Pinell

Kiss & Cry

Un film de Chloé Mahieu et Lila Pinell

France - 2017 - 80 min

Sarah, 15 ans, reprend le patin de haut niveau au club de Colmar, sans trop savoir si elle le fait pour elle ou pour sa mère. Elle retrouve la rivalité entre filles, la tyrannie de l’entraineur, la violence de la compétition. Tandis que son corps est mis à l’épreuve de la glace, ses désirs adolescents la détournent de ses ambitions sportives…

Sarah, 15 years old, returns to figure skating and high level competition at the Colmar club. Confronted with the rivalry between the girls and the harsh words of the trainer, her body is put through its paces by the ice while her adolescent desires turn her attention away from her sporting ambitions.

Avec
Sarah Bramms, Xavier Dias, Dinara Droukarova, Carla-Marie Santerre, Aurélie Faula, Amanda Pierre, Noémie Carroué, Samuel Brian, Cassandra Perotin, Eve Cornet, Ilana Bramms, Lisa Perestrelo...

EN SALLE

Sorti le 20 septembre 2017

En salle

À propos de Kiss & Cry

Dans un monde où les ambitions sont dictées aux enfants par les adultes, où le désir de les voir réussir ne sert qu'à éloigner leurs propres échecs, où le sport n'est un choix que pour ceux qui le vivent depuis la touche ou depuis les gradins, Sarah se cherche. Prisonnière d'un corps qui n'est plus tout à fait le sien, tour à tour gracieux et trivial, aérien pour les uns, sexuel pour les autres, elle lutte pour se le réapproprier. Pour n'être ni une médaille ni une photo Snapchat. Pour éprouver ce corps qui passe de zéro à cent degrés - de l'exigence de la glace à la fougue insouciante des premières amours.

Quelque part entre poésie assumée et naturalisme documentaire, Kiss and Cry est une hydre à deux têtes, orchestrée avec précision par un duo de réalisatrices que l'on suit bien volontiers. Elles nous promènent à travers les méandres d'une adolescence tourmentée, qu'elles filment à hauteur de jeune fille, avec tendresse et modestie. Porté par une jeune découverte talentueuse (Sarah Bramms), patineuse devenue comédienne pour l'occasion, le film se déroule sans programme et nous invite à faire un bout de chemin avec elle, oscillant avec légèreté de la patinoire aux soirées adolescentes, du rire aux larmes, généreux et sans artifice.

Zoran Boukherma

 - 

cinéaste


Ludovic Boukherma

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes

À propos de Kiss & Cry

La découverte de ce film nous réjouit par le jeu d'ambivalences qui le traverse. Le titre, tout d'abord, Kiss & Cry fait référence à l'espace d'attente des patineurs après leur prestation. Suivant le résultat, c'est le lieu des larmes ou des embrassades. Il renvoie également à un état d'âme. Le parallèle narratif entre le sport pratiqué par la jeune héroïne et ses questions existentielles d'adolescente prend ainsi tout son sens. Elle est sous l'emprise de ses doutes, des changements de son corps et de ses désirs, passant du rire aux larmes. Le poids de la société accentue la fragilité de son existence. Quel bonheur alors de la voir s'affranchir de toutes ces règles et diktats, à l'instar des deux réalisatrices. Leur film se situe à mi-chemin entre le documentaire qu'elles affectionnent depuis leur rencontre, et la fiction qu'elles embrassent avec grâce. Cette écriture hybride est une ode à la mise en scène. Certains acteurs non professionnels étaient déjà apparus à l'écran dans un précédent court métrage, mais cette fois-ci le dispositif est quelque peu différent, et il demande une grande confiance de part et d'autre de la caméra. Le résultat est à la hauteur de la complicité de cette troupe naissante. Ce film est à la fois tonifiant comme une pastille à la menthe et réconfortant comme une guimauve, un écrin délicat à la naissance au monde d'une jeune femme. 

Cerise Jouinot

 - 

Programmatrice


Les 3 Casino Gardannes
Paroles de programmateurs
Vidéo
soutien

Recherche