Des chiffres ... encore des chiffres ...

Jean-Henri
Roger

Cinéaste

La lecture du « film français » n'est pas l'activité la plus gaie que l'on puisse trouver. Non seulement cela n'est pas très ludique, mais cela peut être déprimant. Pourtant il est souvent instructif de le faire, je m'y suis collé, surtout que la une de ce numéro sonnait comme un cri de ralliement « 1996 : la riposte des indépendants » . Je me plonge sous la rubrique «le classement des distributeurs 96 » et évidemment regarde en priorité les résultats de ceux qui travaillent régulièrement avec l'ACID, d'abord j'y vois ce que tout le monde sait : Rezo a sorti 9 films sur 9 alors que GBVI 7 sur 30 films, Pierre Grise 8 sur 9 le neuvième étant la Comédie de Dieu alors que UFD c'est 4 films français sur 36. Quand on sait qui sont fourgueurs des multiplexes cela devient pédagogique. Mais ce n'est pas ces faits qui ont attiré mon regard, c'est la lecture des tableaux des distributeurs dont nous avons soutenu les films. Pour la clarté de mon raisonnement, il faut que je fasse un petit détour par le haut du tableau, vous savez, là ou il y a écrit plus de 5, 4 et 2 millions d'entrées (12 films), si jamais vous regardez là, vous constaterez que la dernière colonne «coefficient pénétration Paris- Province » est toujours supérieur à 4,5 et se balade plutôt entre 5 et 6. De plus 300 000 milles à plus 1 millions d'entrées cela se ballade de 3 à 5. Et plus le nombre d'entrée baisse plus le coefficient baisse aussi. Cela n'est que l'illustration de la réalité catastrophique que nous connaissons. Toute la « carrière » d'un film se joue des résultats « Paris première semaine » quand ce n'est pas « Premier jour ». Une analyse plus précise ou plus ego centrée sur le travail d'ACID montre que cette « fatalité » n'en n'est pas une. On constate que pour les films qui ont été soutenus par l'ACID, le coefficient est toujours supérieur à la moyenne des distributeurs : Eurozoom moyenne : 2,22 « Mondo » 6,46 meilleur score ; Losange moyenne : 2,91 – Les apprenties 4,08 ; MKL moyenne 2,41 – Un animal des animaux 4,42 meilleur score ; Pierre Grise moyenne 2,53 - Souviens toi de moi 3,15 et le champion toute catégorie à la vie à la mort 13,83 ; Pyramide moyenne 3,16-Visiblement je vous aime 5,24 meilleur score. Même quand on soutient un film sorti par AMLF, Sale Gosse, le score est de 4,66 meilleur coefficient des 48 films à plus de 10 000 entrées. Ce qu'il y a de plus troublant c'est que si on constate le même phénomène dans chaque classement. Les films soutenus par l'ACID ont les meilleurs coefficients de pénétration en province. Ce phénomène n'est pas uniquement vrai pour l'ACID, on le constate aussi pour les films soutenus par l'AFCAE et le Groupement des salles de recherches, et quand il y a l'ACID et une des deux associations qui se mobilisent ensemble, comme pour Visiblement je vous aime (AFCAE) ou Un animal des animaux (Recherche) cela renforce cette tendance. Conclusion, il est toujours rassurant de se dire que ce que l'on fait porte ses fruits, il y a un public qui est prêt à recevoir et voir ce cinéma, mais cela ne peut se faire qu'avec un travail des distributeurs, des salles et la prise de conscience des cinéastes que cela est aussi leur problème. L'ACID a été le lieu de cette prise de conscience, et reste un instrument indispensable de cette reconquête du public. La deuxième conclusion elle n'est pas très réjouissante, c'est qu'il y a un déficit terrible sur Paris, les indépendants sont très fragilisés et la construction du multiplexe Gaumont aquatique ne peut qu'accentuer la noyade. 





in La Lettre Aléatoire de l'ACID n°13 - Février 1997

Jean-Henri Roger

 - 

Cinéaste


Publié le lundi 23 octobre 2017
Mis à jour le lundi 23 octobre 2017

Article

Recherche