Brothers of the Night

Un film de Patric Chiha

Brothers of the Night

Un film de Patric Chiha

Autriche - 2016 - 88 min

De frêles garçons le jour, des rois la nuit. Ils sont jeunes, roms et bulgares. Ils sont venus à Vienne en quête de liberté et d’argent facile. Ils vendent leurs corps comme si c’était tout ce qu’ils avaient. Seul les console, et parfois les réchauffe, le sentiment si rassurant d’appartenir à un groupe. Mais les nuits sont longues et imprévisibles.

EN SALLE

Sorti le 08 février 2017

En salle

À propos de Brothers of the night

Patric Chiha invente un dispositif fictionnel sans lequel le documentaire ne pourrait arriver. Des saynètes, des lieux-studios (bar, chambre d'hôtel, quai, garage), où à travers des petites trames-prétextes, les “frères” vont (s')improviser, (se) raconter, (s')engueuler, (s')inventer, (se) mentir, (s')aimer, (se) fabuler, et donc, (se) révéler. Dans ces limbes où fiction et documentaire s'évanouissent, il y a la profondeur et l'ampleur d'un espace réflexif, un miroir, où en se révélant aux autres, à nous, les sujets se révèlent à eux-mêmes. Comment sinon, montrer ce qui toujours veut demeurer caché, ce qui appartient au commerce de la nuit, à l'incertitude du vice, aux relations sauvages entre les hommes et à l'amour, la fraternité, qui même dans l'enfer animent encore les âmes des damnés ?

Il y a sans doute deux manières d'approcher l'enfer. Soit le rendre tout entier au jugement de la morale, en faire donc un monde à part où l'humanité n'apparaîtrait plus que dans ses aspects les plus morbides, les aspirations les plus sombres et les actes les plus obscènes. Soit le considérer comme un monde complet, le seul possible pour certaines existences, et ne délaisser ni la pesanteur, ni la grâce qui animent et subliment ses habitants.
Patric Chiha, pour le meilleur, emprunte cette deuxième voie. Dans une mise-en-scène amoureuse, il développe un film où seul les mots ont la charge du récit de cet hors-champs sordide (mais pas toujours), perdu dans un temps sisyphéen et où la lumière, très belle, orangé serti dans l'écrin violet de la nuit, enveloppe la danse des corps sublimes de cette jeunesse perdue.



Ioanis Nuguet

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes

À propos de Brothers of the night

Ce serait si simple d'évaluer un film selon sa capacité ou son incapacité à appartenir pleinement d'un genre, ou parfois à en questionner les frontières. Ce serait d'autant plus simple que tout ce qui se fait d'intéressant par les temps qui courent, s'invente là, entre fiction et documentaire, entre essai et film d'artiste, entre deux.


Lire la suite en téléchargeant le texte intégral ci-dessous.

Vincent Dieutre

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes
Vidéo
soutien

Recherche