15 ans d'ACID à Cannes

Aurélia
Georges

Cinéaste

Le mot « crise » a été imprimé 253 000 fois ce mois-ci. On ne peut qu'être pessimiste…

Non ! C'est là que l'ACID prend toute sa valeur : foin des mauvaises augures à moyen terme, des indices qui chutent, des dégraissages.

Le travail continue ! Des films sont vus ! Des spectateurs rencontrent des réalisateurs et s'enthousiasment ! Des distributeurs choisissent de montrer des films indépendants ! Des salles de cinéma s'engagent !

A Cannes, la découverte de ce cinéma libre s'enrichit d'un espoir de distribution dans les salles françaises.

Nous continuons.


Aurélia Georges

 - 

Cinéaste


Publié le jeudi 09 novembre 2017
Mis à jour le jeudi 07 mars 2019

Edito Cannes

Recherche