La magie de la rencontre


Cinéastes de l'ACID

L'ACID serait-elle ce village d'irréductibles du cinéma indépendant, comme le questionnait en titre le quotidien portugais Publico lors de la reprise de l'ACID Cannes à Lisbonne le mois dernier ? Devons-nous nous enorgueillir de cette comparaison au bastion de résistance gaulois imaginé par Goscinny ?


Si nous résistons, c'est avant tout à l'idée d'une évaluation qui se résumerait aux résultats en valeur absolue, détachés des économies de production et de sortie, et détachés surtout de ce qui compte sans être quantifiable, ce pourquoi nous faisons les films : ce qui se joue dans les salles de ce lien entre un artiste et des spectateurs, entre un citoyen et d'autres citoyens. Entre les spectateurs eux-mêmes. C'est ce qui conditionne notre engagement, c'est peut-être ça notre potion magique. 

Ce mois-ci comme toute l'année, les cinéastes de l'ACID ont parcouru les salles, seuls ou à plusieurs pour mettre leurs dialogues en partage avec les « publics », cette entité ô combien mystérieuse et virtuelle pour certains... Et une fois encore, la magie a opéré et il y eut des moments au sein de ces salles qui ne se produisent nulle part ailleurs. Des salles entières conquises par des films étiquetés « difficiles » ou pire « fragiles », des débats houleux, joyeux. Des spectateurs qui questionnent la représentation d'un événement auquel ils ont participé, mettant ainsi en évidence que la représentation est un acte de subjectivation et que l'acte artistique demeure toujours une saine et nécessaire interprétation du réel. Il y eut aussi des jeunes gens remerciant de ne pas avoir été pris pour des imbéciles, des spectateurs « séniors » bousculés dans leurs habitudes cinématographiques et buvant des bières avec les cinéastes tard dans la nuit. Il y eut enfin des lettres très émouvantes de cinéastes et d'exploitants soulignant l'importance de « ces énergies communes, de ces envies et de la foi en ce que nous essayons tous de faire chaque jour, défendre ce trio sacré : œuvres, artistes et spectateurs. » 


Mettre en résonance les processus de création, les expérimentations, s'adresser à l'intelligence de chacun, attiser les sensibilités, donner, recevoir. Voici encore et toujours notre projet.


Cette mise en partage a été au coeur de la conception de notre nouveau site internet mis en ligne il y a quelques jours. Un lieu d'expression des cinéastes, des spectateurs, des programmateurs, un lieu de ressources aussi sur 25 ans de cinéma indépendant défendu par l'ACID. Nous vous invitons à vous en saisir pour faire vivre et frémir notre passion.

Cinéastes de l'ACID


Publié le vendredi 03 novembre 2017
Mis à jour le vendredi 03 novembre 2017

Actualité

Recherche