Les grands I de l'indépendance

Jean-Baptiste
Germain

Cinéaste

Inédits comme autant de premiers regards arrivant dans le paysage cinématographique et venant le renouveler de leur Inventivité sans cesse décuplée, à la marge d'un marché étouffant et cloisonnant.

Insoumis face à la loi des plus forts qui ne jureraient que par une économie de la concentration. Le cinéma est Irréductible à l'idée qu'il y aurait trop de films et que certains moins visibles que d'autres n'auraient pas le droit de rencontrer leurs publics. « Tous les films sont égaux ».

Intrépides comme l'ensemble de ces cinéastes qui défrichent de nouveaux horizons artistiques affirmant que leur discipline est nourrie de terrains Imaginaires sans limite et sans renoncement. Face aux murs de certains contextes politiques autoritaires, ils rappellent inlassablement que le cinéma est un agent lumineux de l'Histoire donnant aux sans-voix leur parole et aux figures de l'intolérance leurs contrepoints démocratiques.

Irrévérencieux et Insolites dans le choix des tonalités et des partis pris artistiques là où les doutes quant aux libertés d'expression relèvent d'une pensée d'arrière-garde. Un film a ce droit inaliénable de faire rire autant que de faire penser, de provoquer autant que d'émouvoir, d'agiter parfois un regard sarcastique comme ultime soupape face à un air contextuellement vicié.

Incomparable et Influent quant à la richesse des points de vue venant irriguer la diversité des cultures, des sociétés, affirmant les puissances d'un monde ouvert, communicant et prônant l'Intelligence comme modèle de lutte la plus juste devant toutes les formes d'oppression. Indignés donc devant un état du monde sauvage, les cinéastes poussent des cris de révoltes et appellent aux prises de conscience. « Résistons ensemble ».

Jean-Baptiste Germain

 - 

Cinéaste


Publié le jeudi 09 novembre 2017
Mis à jour le jeudi 07 mars 2019

Edito Cannes

Recherche