Edito ACID Cannes 1996


Cinéastes de l'ACID

Il est toujours paradoxal de parler de ses difficultés dans une ambiance de festival. Impossible pourtant de passer outre en ce qui concerne l'ACID, ne serait-ce que parce que le nombre de films présentés cette année à Cannes - huit – ne correspond pas à celui que les Arcades et le forum auraient dû afficher. Huit autres films soutenus par l'ACID en régions depuis l'année dernière ne seront pas présentés aux cinéphiles cannois et aux professionnels. Nous avons choisi de montrer les 6 films encore inédits que l'ACID soutiendra dans les mois à venir, plus deux films (très) récemment sortis que l'Agence n'a pas pu présenter jusque-là aux exploitants… L'ACID a donc des difficultés. Elles sont financières : notre budget a été réduit de moitié en 1996, il nous faut trouver les moyens de tenir jusqu'à la fin de l'année, et surtout de pérenniser avant cette échéance notre activité de soutien à la diffusion du cinéma indépendant pour les années à venir. Car – c'est là le vrai paradoxe – personne ne remet en question l'utilité de notre action. Par ailleurs, cette crise financière intervient à un moment où le cinéma indépendant vient d'affirmer sa force et sa détermination (d'ailleurs à la hauteur de son potentiel culturel et économique) à travers la création de l'UDIC, manifestation « historique » d'unité entre les réalisateurs, producteurs et exploitants à laquelle l'ACID a contribué ici même il y a un an. Il est clair que la continuation de l'Agence est partie intégrante de ce processus. La programmation d'une grande partie de la cinquantaine de films qu'elle a soutenu depuis sa création, à la Cinémathèque en juin avec le soutien des Cahiers du cinéma en constituera une preuve supplémentaire, en même temps qu'elle constituera un nouveau temps fort de notre mobilisation. La nécessaire reconquête du public pour le cinéma indépendant est un élément moteur de la vitalité du cinéma dans son ensemble. C'est cette conviction qui nous donne la force (et le désir) de continuer notre action, le désir (et la force) de montrer ces huit films à Cannes. L'heure n'est décidément pas au renoncement.

Cinéastes de l'ACID


Publié le jeudi 09 novembre 2017
Mis à jour le jeudi 09 novembre 2017

Edito Cannes

Recherche