Question de curiosité

Stéphane
Arnoux

Cinéaste

Depuis 20 ans, l'ACID s'est choisie pour mission de donner à tous les films la chance d'être vus, en créant des liens entre les films indépendants, les salles, les cinéastes eux-mêmes et le public.

Vingt ans plus tard, la concentration accrue, les mutations économiques, des cartes illimitées au numérique... tout s'acharne à vouloir réduire encore l'art cinématographique aux lois du marché. Des raisons de plus pour s'émanciper de celles-ci et montrer encore et toujours les films que nous aimons :

Des films d'auteur, qui soulèvent l'enthousiasme de cinéastes avant de convaincre public, programmateurs, exploitants et critiques. Des premiers films qui font la « relève », celle qui sera le « marché » de demain. Des films qui ont en commun le besoin d'avoir de la place en salles et du temps pour qu'on en parle, pour qu'ils soient vus, des films qui portent cette exigence d'un art cinématographique en mouvement, qui s'invente et se renouvelle.

Au delà de la liste de cinéastes confirmés « découverts » par l'ACID, tout indique que nous avons raison de tenir bon. Après le festival, les films sortent, sont programmés pendant plusieurs mois dans les salles comme les festivals, et ils continuent leur vie, de réseaux associatifs en séances scolaires. Parce qu'ils sont bien plus que des produits industriels : des acteurs de la culture à part entière.

Non contents de soutenir les films des autres, les cinéastes de l'ACID les accompagnent. Et par une programmation ambitieuse, éclectique, mêlant fiction et documentaire, films artisanaux, premiers films et auteurs confirmés, libres de toute contrainte : ils font le pari que le plaisir se transmet.

Nous vous souhaitons, cette année encore, d'en partager beaucoup avec nous.

Stéphane Arnoux

 - 

Cinéaste


Publié le jeudi 09 novembre 2017
Mis à jour le jeudi 09 novembre 2017

Edito Cannes

Recherche