Vingt ans que l'ACID existe.

Mariana
Otero

Cinéaste

Vingt ans que des cinéastes ont compris que le marché allait inexorablement les chasser eux et leurs films, et interdire aux spectateurs d'avoir accès à des images et des écritures singulières…

Vingt ans que des cinéastes ont décidé de se battre, de ne pas renoncer à considérer les films comme des œuvres artistiques…

Vingt ans qu'ils ont su qu'il fallait ne pas céder et qu'il fallait résister…

Vingt ans pendant lesquels certains sont partis, se sont éloignés, mais qu'aussi d'autres sont revenus et que des nouveaux, des plus jeunes, année après année, sans cesse, les ont rejoints…

Vingt ans que les cinéastes de l'ACID ont vu les problèmes s'intensifier, les mêmes causes produire les mêmes effets…

Vingt ans qu'ils ont failli abandonner, abdiquer devant la tâche trop lourde, qu'ils ont envisagé de se dissoudre…

Vingt ans que sans relâche, mais non sans difficultés, heurts, fâcheries et engueulades, ils sont repartis encore et encore au combat…

Vingt ans aussi de passion, d'amitiés et de différences…

Vingt ans d'absence de ligne éditoriale, et ce pour leur plus grand bonheur !

Vingt ans aussi qu'ils ont eu la chance, la curiosité et la joie de se réunir, pour voir les films des autres, des œuvres singulières et libres qui leur donnaient la force de se battre, celle de ne jamais abandonner et de toujours croire dans la force du cinéma.

Vingt ans que les cinéastes de l'ACID savent qu'il y a plus de spectateurs curieux qu'on veut le faire croire, qui à leur tour seront émus et émerveillés par ces films libres, qui à leur tour partageront leurs enthousiasmes et leurs passions…


Mariana Otero

 - 

Cinéaste


Publié le jeudi 09 novembre 2017
Mis à jour le jeudi 09 novembre 2017

Edito Cannes

Recherche