Le cinéma autrement


Cinéastes de l'ACID

Le cinéma avec ceux qui le font


Cette rentrée à l'ACID n'est pas juste une rentrée de plus pour exister. C'est une rentrée pour mieux encore coexister avec nos partenaires, les salles évidemment, les distributeurs et les producteurs attachés à un cinéma qui a de plus en plus de mal à trouver sa place dans un marché toujours plus agressif. Une rentrée de résistance mais une résistance aussi joyeuse et créative que faire se peut, une résistance de pensée qui implique de sans cesse renouveler notre façon de fabriquer les films et de les partager avec les publics les plus divers. Le cinéma autrement.


Avant l'aurore de Nathan Nicholovitch, Il se passe quelque chose d'Anne Alix, Thunder Road de Jim Cummings, en salles ce mois-ci, mais aussi toutes les autres propositions montrées à l'ACID Cannes 2018 et reprises en cette rentrée dans 22 villes, font écho à la mission première de l'ACID : s'engager pour défendre un cinéma dont nous savons qu'il nous interroge formellement, qu'il nous grandit, qu'il nous permet d'ouvrir nos horizons, de mieux penser le monde et les questionnements qui le traversent.


Le 21 septembre, une table ronde « Le cinéma autrement (une liberté à tout prix ?) » réunira plusieurs cinéastes dans un dialogue avec Laurent Delmas autour de ces formes audacieuses, risquées et souvent produites dans des conditions fragiles.


« Le cinéma autrement » sera notre fil conducteur tout au long de cette saison marquée par de nouveaux projets : l'ACID POP -- université populaire de l'ACID, les résidences de cinéastes, les comités de spectateurs programmateurs. Autant de façons de réaffirmer et réinventer la place des cinéastes dans les salles, en lien avec les spectateurs.

Régis Sauder et Idir Serghine, présidents

Cinéastes de l'ACID


Publié le mardi 04 septembre 2018
Mis à jour le dimanche 16 septembre 2018

Édito

Recherche