Mode previewtemplate : film

Kongo

Un film de Hadrien La Vapeur et Corto Vaclav

Kongo

Un film de Hadrien La Vapeur et Corto Vaclav

France - 2019 - 70 min

À Brazzaville, un monde invisible régit le monde visible. L'apôtre Médard se démène pour guérir les malades victimes de mauvais sorts. Mais sa vie bascule lorsqu'on l'accuse publiquement de pratiquer la magie noire. 

In Brazzaville, an invisible world governs the visible world. The apostle Medard struggles to heal the sick victims of bad spells. But his life changes when he is publicly accused of practicing black magic.

Avec :
Apôtre Médard

EN SALLE

Sorti le 22 juin 2020

En salle

À PROPOS DE KONGO

Kongo avec un « k » évoque le royaume séculaire de cette zone de l'Afrique Centrale, mis à bas par l'arrivée des colons portugais au XVIème siècle. Le temps a passé depuis, mais des forces immuables sont toujours à l'œuvre. Dans son église, l'apôtre Médard traque le mauvais sort qui se niche dans le corps des patients qu'il reçoit. Il incante, exorcise, invoque, mais les démons sont habiles et c'est l'apôtre lui-même qu'on accuse de sorcellerie. Dur métier que de guérir les âmes. Dur métier que de vivre dans un monde où les croyances vacillent. Avec un réel brio, les réalisateurs parviennent, scène après scène, à laisser l'invisible imprimer sa marque sur l'image, engageant derrière eux notre propre croyance, qui est aussi celle que nous avons dans un certain pouvoir magique du cinéma. Kongo déroule ainsi un formidable récit, constamment relancé par l'imprévisibilité d'un réel qui surpasse, par endroits, les meilleures de nos fictions. A travers le personnage de Médard, l'apôtre tourmenté, c'est aussi la résistance d'un pays aux puissances colonisatrices qui se manifeste, avec une sensibilité aux êtres et aux choses qui en fait tout le prix et la beauté. Kongo est un film d'aventure. Un film à suspens gouverné par les esprits.


Kongo with a "k", alludes to the secular realms of this zone in Central Africa, destroyed by the arrival of sixteenth century Portuguese settlers. Time has passed since, but unalterable forces are still at work. In his church, Médard the apostle hunts down the evil eye, which hides in the bodies of the patients he sees. He invokes spells, exorcises, but demons are crafty and the apostle himself is accused of being a sorcerer. It is an arduous task, that of healing souls. It is an arduous task to live in a world where beliefs are shaky. With genuine brilliance, scene after scene, the filmmakers let the invisible imprint the image, engaging our own belief along with them. A belief connected to the ones we place in certain magical powers of cinema. Kongo thus unravels an astounding narrative, constantly revived by the unpredictability of a reality, which at times surpasses the best of our fictions. Through Médard's character, with this tormented apostle, it is the resistance of a country to the colonial powers, which manifests itself. Along with a sensitivity to beings and things, which make its prize and beauty. Kongo is a film of adventures. A thriller where ghosts rule.

Diego Governatori

 - 

Cinéaste


Clément Schneider

 - 

Cinéaste


Paroles de cinéastes

A PROPOS DE KONGO

Kongo est un film magique. Son héros, guérisseur de malades victimes de mauvais sorts soigne les maux de ses patients grâce à ses pouvoirs extraordinaires. Mais qui ensorcelle-t-il vraiment ? Grâce au talent des réalisateurs, ce sont les spectateurs que nous sommes, même les plus cartésiens, qui finissent par être bousculés dans leurs certitudes. Pour parvenir à ce résultat, nulle condescendance d'occidentaux vis-à-vis de cet apôtre égaré dans notre XXIème siècle mondialisé. Toujours filmé à la juste distance, les auteurs n'en font pas un modèle de sagesse dont il conviendrait de s'inspirer. Du reste, accusé de pratiquer la magie noire, son rôle est fortement remis en cause lors d'un procès pour sorcellerie. Alors d'où vient notre fascination ? Peut-être du fait que ses pratiques s'inscrivent dans une nature luxuriante, magnifiquement filmée, où les esprits peuvent librement vagabonder. Ce film nous interroge sur notre rapport au monde : tout n'est donc que rationalité ? Les croyances peuvent-elle avoir une place dans nos vies ? Kongo n'est pas un film ordinaire. Réjouissons-nous qu'un tel voyage puisse nous être proposé.

Philippe Rousseau

 - 

Président


ABC Toulouse
Paroles de programmateurs

Retour au cinéma : les (re)sorties ACID !

Enfin ! Plus qu'une semaine avant la réouverture des cinémas !

Vous pourrez y découvrir plusieurs films ACID dont la vie en salles avait été abrégée - si ce n'est quasi empêchée - par l'épidémie de Covid-19.

AU CINÉMA DÈS LE 22 JUIN :

SI C'ÉTAIT DE L'AMOUR de Patric Chiha

En salles dès le 22 juin


Ils sont quinze jeunes danseurs, d'origines et d'horizons divers. Ils sont en tournée pour danser Crowd, une pièce de Gisèle Vienne sur les raves des années 90. En les suivant de théâtre en théâtre, Si c'était de l'amour documente leur travail et leurs étranges et intimes relations. Car les frontières se troublent. La scène a l'air de contaminer la vie – à moins que ce ne soit l'inverse. De documentaire sur la danse, le film se fait alors voyage troublant à travers nos nuits, nos fêtes, nos amours.


KONGO de Hadrien La Vapeur & Corto Vaclav

En salles dès le 22 juin


À Brazzaville, un monde invisible régit le monde visible. L'apôtre Médard se démène pour guérir les malades victimes de mauvais sorts. Mais sa vie bascule lorsqu'on l'accuse publiquement de pratiquer la magie noire.


MICKEY AND THE BEAR de Annabelle Attanasio

En salles dès le 22 juin


Mickey Peck, une adolescente du Montana, a la lourde responsabilité de s'occuper de son père, un vétéran accro aux opiacés. Quand l'opportunité se présente de quitter pour de bon le foyer, elle fait face à un choix impossible...

ET BIENtôt...

EVA EN AOÛT de Jonás Trueba

En salles le 5 août


Eva, 33 ans, décide de rester à Madrid pour le mois d'août, tandis que ses amis sont partis en vacances. Les jours s'écoulent dans une torpeur madrilène festive et joyeuse et sont autant d'opportunités de rencontres pour la jeune femme.


143, RUE DU DÉSERT de Hassen Ferhani

En salles le 16 décembre


En plein désert algérien, dans son relais, une femme écrit son histoire. Elle accueille, pour une cigarette, un café ou des œufs, des routiers, des êtres en errance et des rêves... Elle s'appelle Malika.

Article

INVITATIONS AUX SPECTATEURS - KONGO


FILMER L'INVISIBLE 


Filmer le visible et l'invisible est depuis toujours affaire de cinéma : comment faire affleurer les sentiments, les non-dits, les implicites… Mais par quels moyens les cinéastes parviennent-ils à composer avec cet apparent paradoxe lorsqu'il s'agit de créer un rapport d'immédiateté avec une spiritualité qui nous était jusqu'à présent étrangère, et de porter ces mondes invisibles à notre perception ? Dès les débuts du tournage de Kongo, les cinéastes ont éprouvé la nécessité de faire ressentir aux spectateurs la présence des esprits qui cohabitent au quotidien avec les protagonistes. Ils ont filmé des épisodes de transe et se sont également attachés à représenter la vibration des éléments, les remous du fleuve Congo, les vapeurs de fumée ou le souffle des vents, en lien avec la tradition animiste vouant un culte aux génies de la nature.

La bande originale signée par le violoncelliste Gaspar Claus nous plonge dans un état de perception propice à l'enchantement et à l'imagination ; la musique subaquatique de l'épilogue, composée par Michel Redolfi, nous fait basculer dans une autre dimension, en immersion avec les sirènes.

Le tandem La Vapeur-Vaclav ose ainsi un parti pris fort, celui de nous faire basculer du côté de la croyance, de rendre présents les esprits plutôt que de les représenter…


DOCUMENTAIRE OU FICTION ?


Une voix-off dont la provenance demeure mystérieuse surgit des premières images de Kongo…Dans cette Brazzaville nocturne et battue par les pluies, le film semble démarrer comme un conte, assumant d'emblée une frontière poreuse entre réel et imaginaire. Les cinéastes témoignent volontiers de moments de tournage où la réalité dépassait la fiction, et où il devenait difficile de départager le vrai du faux, le mystique de la coïncidence. Le film, bien que documentaire, sème volontairement le trouble sur le degré de réalité de certaines séquences. Avec l'emploi de la voix-off, les cinéastes ont cherché à dissocier le son de l'image et à s'extraire ainsi d'une forme de réalisme. Ils ont eu recours à des angles de caméra rarement utilisés dans le documentaire, rendus notamment possibles par la proximité qui s'est installée avec les protagonistes (Hadrien la Vapeur et Corto Vaclav ont été nommés présidents de l'église, à titre honorifique).

Par le langage visuel de la fiction, les spectateurs sont invités à se rapprocher des personnages et à suivre une dramaturgie qui se fonde sur des scènes réelles, mais qui s'est structurée au montage.  Durant les six années de fabrication du film, les cinéastes n'ont ainsi eu de cesse de tourner, monter, tourner à nouveau, etc. Il leur fallait trouver une ligne directrice simple, dans les mille histoires qui sont arrivées devant leur caméra. Là où la construction d'un récit pose un problème de méthode pour le documentaire anthropologique, car elle implique d'abréger ou de remanier une chronologie, celle-ci a permis aux cinéastes de rendre sensibles leurs expériences et leur rencontre avec le monde de l'apôtre Médard.



Article

Come Together - News #12

Le 11 juin 2020


L'avant-dernière newsletter hebdomadaire, pour tenir jusqu'à la réouverture de nos chères salles obscures le 22 juin - et donc la (re) sortie de SI C'ÉTAIT DE L'AMOUR de Patric Chiha et de KONGO de Hadrien La Vapeur & Corto Vaclav.

Afin de continuer à faire vivre le cinéma que nous défendons donc, de nouvelles idées de films à voir depuis chez vous, des textes de cinéastes, des idées de musiques pour accompagner vos journées ou vos nuits. Et pour cette semaine, un focus spécial "Contes & Légendes" avec deux films nous venant de temps immémoriaux.

Si ce n'est pas encore fait, vous pouvez nous suivre sur Facebook, Instagram, et Twitter !


Les cinéastes et l'équipe de l'ACID


PROPOSITIONS VOD "Contes & légendes"

DU SOLEIL POUR LES GUEUX de Alain Guiraudie


Une jeune coiffeuse au chômage veut rencontrer les bergers d'Ounayes. Un bandit d'escapade veut quitter son pays. Un grand guerrier veut capturer le bandit...


Soutenu par l'ACID en 2001 - A voir en VOD sur Shellac


HONOR DE CAVALLERIA de Albert Serra


Guidés par le hasard, Don Quichotte et Sancho poursuivent jour et nuit leur voyage à la recherche d'aventures. Ils chevauchent à travers champs, bivouaquent à la belle étoile, conversent, guettent un ennemi invisible.


Soutenu par l'ACID en 2007 - A voir en VOD sur UniversCiné


PROCHAINEMENT AU CINÉMA


KONGO de Hadrien La Vapeur & Corto Vaclav

En salles le 22/06


SI C'ÉTAIT DE L'AMOUR de Patric Chiha

En salles le 22/06


EVA EN AOÛT de Jonás Trueba

En salles le 05/08


143, RUE DU DÉSERT de Hassen Ferhani

En salles le 16/12


UN PEU DE LECTURE...

« Il y a des femmes qui peuplent nos vies de spectateurs et Malika en fera résolument partie. L'héroïne du nouveau film d'Hassen Ferhani tient un café au bord de la Nationale 1 : La Transsaharienne, à 900 km au sud d'Alger, traverse le désert algérien jusqu'à la frontière du Niger. Voilà pour le décor.                   


143, Rue du désert est une sorte de road-movie immobile. Ce sont les kilomètres qui défilent en hors-champ. Dans son café minuscule aux ouvertures magiques, fenêtres sur un monde infini, Malika a les atours d'une héroïne de roman, ogresse malicieuse, magicienne emmitouflée, une femme seule, au milieu de nulle part avec un horizon balayé par la valse des camions qui filent sur la route du désert.


Le film porte en lui mille et une fictions. Par la poésie de ses images et la beauté des cadres, apparaît la puissance du hors champ, qui fait que l'imaginaire s'emballe. Un homme marche au loin le long d'une route battue par une tempête de sable, un camion passe à toute allure dans l'autre sens et mille fictions sont alors possibles.


Ce pourrait être aussi un western algérien, avec Malika en cousine lointaine de Joan Crawford dans Johnny Guitar. Car il faut en avoir du courage et du caractère pour tenir ce saloon. Pour accueillir les récits de tous ces hommes qui s'arrêtent, font une pause le temps d'un café, d'une omelette  - s'il reste des œufs - ou d'une cigarette. Des camionneurs, des migrants,  des Imams, des militaires, des touristes, qui viennent déposer des histoires du pays au creux de son oreille attentive. La seule femme qui traverse le film est une motarde Polonaise. Et Malika recadrera sitôt la Polonaise partie : un corps d'homme, un visage d'homme… La seule reine en son royaume, c'est elle !


Malika dit à l'un des routiers qu'on ne lui a pas laissé une place dans le monde, or le film dit tout le contraire. Il dit comment, en gardienne du vide, Malika révèle les contours de ce monde.


Peindre un détail pour évoquer le paysage, c'est ainsi qu'Hassen Ferhani s'attache à rester dans ce petit théâtre pour raconter cette femme et l'Algérie. On perçoit dans les récits l'épuisement, la lassitude d'un régime politique à bout. Ce pays au bord, comme ce café au bord, juste avant que les manifestations ne commencent – le film a été tourné en 2018. L'Algérie raconté par ce petit bout de la lorgnette, c'est parfois trois fois rien le cinéma ; 143, Rue du désert est un grand film. »

 

La cinéaste Aurélia Barbet  à propos de 143, RUE DU DÉSERT de Hassen Ferhani


...ET DE LA MUSIQUE

Ella van der Woude - "Take Me To the Mall"

Morceau entendu dans TAKE ME SOMEWHERE NICE d'Ena Sendijarević qui sortira en salles au printemps 2021 (suite à un changement de date ; non pas le 8 juillet comme précédemment annoncé).


Ça fait bizarre de revoir du monde, non ?

(image tirée de LA BATAILLE DE SOLFERINO de Justine Triet - Soutenu en 2013)


> Contenu à retrouver également sur les sites de nos partenaries Mediapart et Télérama <


Si vous n'êtes pas encore abonné(e) à nos newsletters ; écrivez-nous à mediation@lacid.org et communication@lacid.org pour les recevoir.

Article

3 FILMS ACID DANS L'EDITION 2020 DE YOUNG FRENCH CINEMA

Trois films de la programmation ACID Cannes 2019 font partie de la 6e édition de YOUNG FRENCH CINEMA, qui présente au public américain une sélection de films réalisés par de jeunes talents français sans distributeur américain à ce jour.

Le programme vise les salles d'art et d'essai, les ciné-clubs, le réseau de l'Alliance Française et les universités américaines. 

L'année dernière trois films faisaient partie du programme Young French Cinema : Cassandro the Exotico! de Marie Losier, Il se passe quelque chose d'Anne Alix, et L'Amour debout de Michaël Dacheux.


+ d'infos sur Young French Cinema ici.


Merci à UniFrance et aux Services Culturels de l'Ambassade Française aux Etats-Unis pour leur appui et soutien aux films de l'ACID.


Three films from the ACID Cannes 2019 selection are part of the 6th edition of YOUNG FRENCH CINEMA, a program set up by UniFrance and the Cultural Services of the French Embassy, as a way to bring French films with no US distribution to art house cinemas, film societies, the Alliance Française network and American universities. 

Actualité

ACID Cannes 2019 : les Films d'ouverture et de clôture

FILMS D'OUVERTURE & DE CLÔTURE


Chaque jour qui passe apporte avec lui son lot de matraquage réel et médiatique. En France, en Europe et au-delà, des citoyen·ne·s, parce qu'ils osent mettre en branle leur puissance d'agir sur le monde, parce qu'ils entreprennent de se réapproprier des espaces communs, d'inventer des modes de vie réellement démocratiques, voient leurs initiatives souvent violemment réprimées.

A l'ACID, nous n'avons pas renoncé au cinéma en tant que mode d'action, d'intervention : l'action culturelle comme forme de résistance aux injonctions et aux rappels à l'ordre, l'art comme territoire où les oppositions peuvent librement s'exprimer, se réconcilier, se dépasser.

Ouvrir notre programmation ACID Cannes le 15 mai par les Rêves de jeunesse d'Alain Raoust, c'est la placer dans cette perspective de résistance, de lutte, pensée depuis et pour un espace concret, situable, éminemment réel et incarné. La fiction aussi, comme Zone À Défendre et comme une arme de plus dans notre arsenal pour réparer le réel par l'imaginaire.

Cette réparation des plaies du réel, c'est aussi celle qui anime l'Apôtre Médard, protagoniste du film de clôture Kongo (Hadrien La Vapeur et Corto Vaclav) le 23 mai. Avec ce film, la résistance à la globalisation du monde se prolonge dans des ramifications inattendues, jusqu'aux corps invisibles des sirènes qui viennent s'échouer sur les rives du fleuve Congo.  


Entre ces deux films, entre ces deux pôles, tout un monde de cinéastes qui refusent les états de fait et nous aident, par le truchement de leur regard, à reprendre confiance en notre capacité à agir. Alors, action !

Article

Reprises ACID Cannes 2019

À la rentrée, retrouvez l'ensemble de la programmation ACID Cannes 2019 en France et à l'International !

> En savoir plus ici

Actualité

L'ACID dévoile sa programmation pour l'ACID Cannes 2019 !

Les cinéastes de l'ACID auront le plaisir de présenter à Cannes un programme de 9 longs-métrages dont 7 premiers longs, en présence des équipes de films et de leurs marraines et parrains de l'ACID. Sur les 5 fictions et 4 films documentaires présentés, 4 ont été réalisés ou co-réalisés par des femmes.

Ce programme est enrichi d'un focus sur le cinéma argentin, l'ACID TRIP #3 Argentine, en partenariat avec l'association de cinéastes PCI. 


« Face aux changements profonds du monde, la programmation 2019 fait la part belle aux lignes de fuite, à ces chemins par lesquels se construisent des destins, où les corps plutôt que de disparaitre ou se soumettre affirment leur présence comme point de départ d'une résistance à organiser. 

Récits fantastiques, fables émancipatrices, réalisme documentaire ? Le cinéma dont nous nous nourrissons se joue des catégories, articule des alliages esthétiques inédits ou revisités. Les personnages transcendent moins leur destin pour tendre à l'universel qu'ils ne l'incarnent dans leur singularité, leur intensité, nous offrant ainsi un accès privilégié à ce qui nous est étranger. Curieux paradoxe ? Bien plutôt le moyen, pour nous cinéastes, de mettre encore et encore le monde en partage. »

Les cinéastes programmateurs 2019

Sylvie Ballyot, Aurélia Barbet, Marta Bergman, Michaël Dacheux, Marina Déak, Delphine Deloget, Jean-Louis Gonnet, Diego Governatori, Hanna Ladoul, Marco La Via, Vladimir Perišić, Clément Schneider, Idir Serghine, Christian Sonderegger, Laure Vermeersch.


LA PROGRAMMATION ACID CANNES 2019 :


L'ACID TRIP#3 ARGENTINE :


La 27e édition de l'ACID Cannes se tiendra du mercredi 15 au vendredi 24 mai 2019.

> Retrouvez toutes les informations ici <


ACID filmmakers are thrilled to present this year in Cannes, a program of 9 feature-length films of which 7 are first time features. Films will be shown in the presence of the film crews and of their supporting filmmakers from ACID.

5 fictions and 4 documentaries, 4 of which were directed or codirected by women.

This program is enhanced by a focus on Argentinian cinema, ACID TRIP#3ARGENTINE, in partnership with Argentinian filmmakers of the PCI.


« As the world faces deep changes, this 2019 ACID program honors vanishing points and celebrates paths with which destinies are built, where bodies instead of disappearing or submitting, assert their presence, as a starting point for organized resistance.

Tales of fantasy, emancipatory fables, documentary realism? The cinema on which we thrive defies categories, articulates unseen or forgotten esthetical blends. Characters do not so much transcend their destiny to reach for the universal, rather they embody their destiny within their singularity and intensity. Granting us privileged access to what is strange, foreign. A curious paradox? Rather the means for us filmmakers, forever and again, to share the world. »

Programmers filmmakers 2019

Sylvie Ballyot, Aurélia Barbet, Marta Bergman, Michaël Dacheux, Marina Déak, Delphine Deloget, Jean-Louis Gonnet, Diego Governatori, Hanna Ladoul, Marco La Via, Vladimir Perišić, Clément Schneider, Idir Serghine, Christian Sonderegger, Laure Vermeersch.



Article

Découvrez les films de l'ACID Cannes !

L'ACID est de retour de Cannes où la programmation de 9 long-métrages et d'un focus ACID TRIP #3 Argentine a connu un grand succès à la fois critique, professionnel et public avec une augmentation de fréquentation de 10%.

Merci à toutes les équipes de films et aux acteurs précieux de cette chaîne solidaire : cinéastes, spectateurs, producteurs, exploitants, distributeurs, vendeurs et partenaires, qui permettent aux films sans distributeurs de trouver le chemin des salles.

Ainsi,

Rêves de jeunesse sortira chez Shellac le 31 juillet

• Vif-Argent chez les Films du Losange le 28 août

L'Angle Mort chez Rouge le 16 octobre

Des Hommes chez Rezo

Indianara chez New Story

Kongo chez Pyramide

Et d'autres nouvelles à venir.


En attendant les sorties, les films débutent leur carrière dans les festivals du monde entier dès le mois de juin, à commencer par le Festival de La Rochelle, le Festival du Film de Cabourg, le Champs-Elysées Film Festival

Nous vous donnons également rendez-vous pour les reprises de l'intégralité de la programmation ACID Cannes 2019 : à Paris au Louxor du 13 au 15 sept., à Lyon au Comoedia & à Marseille (La Baleine / Gyptis) du 4 au 6 oct., à Ajaccio à l'Ellipse du 11 au 13 oct., et à l'international : Tanger, Belgrade, Lisbonne, Porto...


Au plaisir de vous y retrouver !

Édito

9 films ACID dans le Mois du Film Documentaire 2019

Le Mois du Film Documentaire, coordonné par Images en Bibliothèques, comprend cette année une très belle sélection, dont neuf films ACID :


   • Belinda de Marie Dumora

   • Bovines - ou la vraie vie des vaches de Emmanuel Gras

   • Cassandro the Exotico! de Marie Losier

   • Dans ma tête un rond-point de Hassen Ferhani

   • Des hommes de Jean-Robert Viallet & Alice Odiot 

   • M de Yolande Zauberman

   • Of Men and War [Des hommes et de la guerre] de Laurent Bécue-Renard

   • Quelle Folie de Diego Governatori

   • Kongo de Hadrien La Vapeur & Corto Vaclav


> Evénements, avant-premières et rencontres sur leur site

Actualité
Vidéo

Recherche